Mercredi 25 novembre 2020

Musée - Vandalisme

Un étrange vandalisme au Pergamonmuseum à Berlin

Par Alice Fiedler · lejournaldesarts.fr

Le 22 octobre 2020 - 469 mots

BERLIN / ALLEMAGNE

Plusieurs objets ont été aspergés d’un liquide huileux le jour de la réouverture du musée.

Entrée du Pergamonmuseum. © Raimond Spekking, CC BY-SA 4.0
Le Pergamonmuseum à Berlin.

Au moins 70 objets d’art ont été vandalisés au Pergamonmuseum à Berlin. Un liquide huileux laissant des taches visibles a été aspergé sur des sarcophages égyptiens, des sculptures en pierre et des peintures du XIXe siècle.  Le forfait a eu lieu début octobre mais n’a été révélé que le 20 octobre 2020, lorsque les visiteurs ayant réservé un billet le jour du vandalisme, ont reçu un e-mail avec une demande d'informations de la part de l’Office national d'enquêtes criminelles. « Nous n’avions pas rendu l'affaire publique pour des raisons tactiques d’enquêtes, » dit un porte-parole de la police au Tagesspiegel

C’est l'une des plus importantes attaques contre des œuvres d'art et des antiquités dans l'histoire de l'Allemagne de l'après-guerre. Les motifs de l’attaque restent inconnus. Toutefois, des journaux allemands lient l’incident à des activistes d’un mouvement conspirationniste. 

En juin, le militant d’extrême-droite, Attila Hildmann, tenait régulièrement des rassemblements sur l’île aux musées où se situe le Pergamonmuseum. Ils ont ensuite été interdits par les autorités de l'assemblée de Berlin. Les musées ont affiché des pancartes disant : « Nous ne souhaitons laisser aucune place au racisme, à l'antisémitisme, au nationalisme et à l'incitation à la violence. » Le personnage est sulfureux. Il a ainsi déclaré sur sa chaîne publique Telegram, suivie par plus de 100 000 personnes, que le « trône de Satan » (ainsi qu’il qualifie l'autel de Pergame) était le centre de la « scène sataniste mondiale » (dont il compte la chancelière Angela Merkel) et des « criminels du coronavirus ». L'autel de Pergame, datant du IIe siècle avant J.-C., est l’une des œuvres phare du musée. Dans le livre de l'Apocalypse, l’apôtre Jean y fait référence comme « le trône de Satan. » 

Le grand autel de Pergame ou Autel de Zeus, IIe siècle avant J.-C, Pergamonmuseum de Berlin. © Photo Lestath, 2007
Le grand autel de Pergame ou Autel de Zeus, IIe siècle avant J.-C, Pergamonmuseum de Berlin.
© Lestath, 2007

Le jour de l’incident, le musée venait de rouvrir après une longue fermeture due au Corona, le jour de la fête nationale allemande, le 3 octobre, et pour les 90 ans d’existence du musée. L'autel de Pergame n’est cependant pas encore accessible au public et n’as pas été endommagé. La construction monumentale, originaire de l’Asie mineure (aujourd’hui la Turquie) et dédié aux dieux grecs, Zeus et Athéna, se trouve dans le bâtiment central en cours de rénovation

Le musée a déclaré que la quantité de liquide répandue était faible et, dans de nombreux cas, les souillures ont pu être nettoyées rapidement. Les objets visiblement affectés, comme les sculptures en pierre et en bois, sont en cours de traitement. De bons résultats ont déjà été obtenus, mais la restauration n’est pas encore achevée. 

Le Pergamonmuseum a été inauguré en 1930, c’est l’un des cinq bâtiments sur l’île aux musées, inscrite au Patrimoine mondial par l’Unesco en 1999. Il abrite une collection d'antiquités classiques avec ses salles d'architecture et une salle de sculpture, le Musée du Proche-Orient et le Musée d'art islamique.
 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque