Jeudi 12 décembre 2019

Musée

Une organisation saoudienne donne 9 millions d'euros au Musée d’art islamique de Berlin

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 25 juin 2018 - 233 mots

BERLIN / ALLEMAGNE

L’organisation caritative Alwaleed Philantropies appartient à l’homme d’affaires saoudien le prince Al-Walid ben Talal ben Abdelaziz Al Saoud.

Palais de Mchatta Musée d'art islamique de Berlin
Frise de la façade du palais de Mchatta (VIIIe siècle) au Musée d'art islamique de Berlin
Photo Raimond Spekking, 2004

Le don de 9 millions d’euros par la Fondation caritative du milliardaire saoudien aura pour but de favoriser l’éducation à la culture, de développer les expositions mais aussi de financer la collection permanente du Musée d’art islamique de Berlin. Il soutient également le projet « Multaka », qui existe depuis plusieurs années et qui permet à des réfugiés syriens et irakiens de suivre une formation pour devenir guide dans les musées pour leurs compatriotes. 

Dans un communiqué, la Fondation du patrimoine culturel de Prusse souligne que cette somme servira ainsi à « faire avancer le développement de nouveaux formats d’éducation et de développer encore plus l’éducation culturelle dans les écoles et au musée. » 

Le Musée d’art islamique est rattaché au Musée de Pergame. Actuellement en rénovation – et ce jusqu’en 2026 ; ce dernier est le musée le plus fréquenté de Berlin, avec plus d’un million de visiteurs annuels. 

« À l’heure des mouvances extrémistes et de la montée populiste, un tel partenariat peut nous aider à renforcer notre ouverture d’esprit, et la façon dont nous percevons les autres et nous-mêmes », a déclaré Stefan Weber, le directeur du musée.

L’organisation caritative Alwaleed Philantropies, qui appartient à l’homme d’affaires saoudien le prince Al-Walid (propriétaire de l’hôtel Georges V, à Paris), est basée à Riyad. 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque