Jeudi 13 décembre 2018

Eglise

La chapelle du Saint-Suaire rouverte au public

Par Jérémie Glaize · lejournaldesarts.fr

Le 2 octobre 2018 - 382 mots

TURIN / ITALIE

Après vingt et un ans de travaux faisant suite à un incendie survenu en 1997, la chapelle est de nouveau accessible aux visiteurs.

Détail du linceul de Turin dit le Saint-Suaire
Détail du linceul de Turin dit le Saint-Suaire
Photo Giuseppe Enrie, 1931

La chapelle du Saint-Suaire, située dans la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin a officiellement été rouverte jeudi 27 septembre, en présence du ministre de la Culture italien Alberto Bonisoli. Elle était fermée depuis plus de vingt et un ans, à la suite de l’incendie survenu dans la nuit du 11 au 12 avril 1997 qui avait quasiment ravagé la chapelle.

La longue et minutieuse rénovation – qui a coûté près de 30 millions d’euros, a été principalement financée par le ministère de la Culture tandis que 2,7 millions d’euros ont été apportés par la fondation La Compagnie de Saint-Paul. Elle a notamment permis la sauvegarde et la rénovation de près de 4 000 éléments d’architecture qui avaient été endommagés, tandis que plus d’un millier de pièces de marbre ont pour leur part dû être remplacés.

Les travaux, dirigés par l’architecte Marina Feroggio, ont utilisé les techniques et les matériaux similaires à ceux dont disposait, lors de sa construction, l’architecte de la chapelle Camillo Guarino Guarini : la carrière de Fabrosa, située à une centaine de kilomètres de Turin et d’où les marbres blancs et noirs originels avaient été extraits, a ainsi pour l’occasion été rouverte.

Erigée entre 1668 et 1690 par l’architecte et mathématicien italien Camillo-Guarino Guarini, la chapelle avait été spécialement bâtie afin d’héberger le Saint-Suaire, transféré en 1578 de Chambéry à Turin par les Ducs de Savoie. De style baroque, elle est située entre la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin et le Palais Royal. 

« C’est un moment historique pour la ville et pour son avenir » a déclaré à la presse locale la maire de Turin. « Je me souviens des images des flammes entourant la chapelle, et je fais partie de cette génération qui n’a jamais été en mesure de la visiter », a-t-elle ajouté. 

Dans la nuit du 11 au 12 avril 1997, un incendie s’était déclaré dans la chapelle et avait manqué de l’emporter en intégralité, alors qu’un dîner organisé en l’honneur de Kofi Annan - alors secrétaire-général des Nations Unies, se déroulait dans le palais. Plusieurs centaines de pompiers avaient été mobilisés et étaient parvenus à sauver et extraire le linceul de sa vitrine blindée. 
 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque