Samedi 28 novembre 2020

Nessebar en Bulgarie pourrait être rayée de la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, avec l’aval de ses habitants

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 29 novembre 2010 - 247 mots

SOFIA (BULGARIE) [29.11.10] – La vieille ville de Nessebar en Bulgarie risque de perdre son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco si ses constructions illégales ne sont pas démolies. Les habitants, victimes des démolitions, se mobilisent en faveur du retrait de l’Unesco.

La ville de Nessebar est menacée de perdre son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco, à cause des constructions illégales présentes sur ses côtes.

Selon la Sofia News Agency, le vice ministre de la Culture Todor Chobanov affirme que plusieurs cas de corruption liés à des constructions d’immeubles illégaux sont étudiés par le Bureau du Procureur. L’investigation conjointe du ministère de la Culture et du State National Construction Control (DNSK) a déjà conduit à la délivrance de 15 ordres de démolition, qui pourraient bientôt s’élever à 35.

Les habitants et commerçants du centre ville historique, victimes directes des démolitions, dénoncent les effets négatifs et contraignants de l’inscription de leur ville sur la liste de l’Unesco. Ils manifestent en faveur du retrait de l’Unesco et ont lancé une pétition en ce sens. Au contraire, le Premier Ministre Boyko Borisov insiste fortement sur l’importance de cette inscription, pour garantir le futur et le tourisme.

Les experts de l’Unesco vont entreprendre une enquête sur le centre ville historique et côtier de Nessebar dès la fin du mois de novembre. Les résultats du rapport seront présentés à l’assemblée annuelle de l’organisation en mai 2011, où la question du statut de Nessebar au patrimoine mondial sera à l’ordre du jour.

Légende photo

Église Pantocrator à Nessebar (2004) - Photo Ratigan - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque