Mercredi 22 septembre 2021

A Monaco, Tajan propose une vente XXe à multiples facettes

Par Marie Flambard · lejournaldesarts.fr

Le 19 juillet 2012 - 438 mots

MONTE-CARLO (PRINCIPAUTE DE MONACO) [19.07.12] - Différents ensembles d’œuvres du XXe siècle vont être dispersés lors de la vente Tajan du samedi 21 juillet à Monte-Carlo.

Fidèle à son rendez-vous monégasque annuel, la SVV Tajan présentera un bel ensemble d’art moderne, contemporain et design. Profitant de l’effervescence estivale qui règne dans la Principauté, la maison de ventes a concocté une vente s’adressant à un large public d’amateurs d’art. La vacation, qui se tiendra au Café de Paris de Monte-Carlo, devrait rapporter entre 3,5 et 4,6 millions d’euros.

Elle débutera avec une douzaine d’œuvres modernes provenant de l’importante collection américaine Morton Neumann. Estimée 200 000/300 000 €, une rare huile sur toile surréaliste d’André Masson précédera quelques beaux spécimens de l’Art Brut. Parmi ceux-ci se trouvent un assemblage d’empreintes à l’encre de Chine de Jean Dubuffet, estimé 50 000/70 000 € et un grand tableau au ripolin de Chaissac, proposé à 100 000/150 000 €.

La vente se poursuivra ensuite avec, entre autres, un Nu debout de Kees Van Dongen portant l’estimation la plus haute (300 000/400 000 €), une intéressante étude à la gouache de Fernand Léger pour la façade de l’église Notre-Dame-de-Toute-Grâce en Haute-Savoie ou encore, une sculpture de femme, grandeur nature, de l’artiste américain Georges Segal, en bronze à patine blanche (estimation : 150 000/180 000 €).

Puis, délaissant un temps les arts plastiques, le commissaire-priseur dispersera une collection de “bijoux-sculptures” en or jaune, dessinée par le designer Ettore Sottsass pour l’éditeur italien Cleto Munari. Cet ensemble sera accompagné de pièces design de Hans Hollein, Mario Botta, Peter Shire et autres designers, créées pour le même commanditaire.

Comme chaque année, la vente monégasque sera l’occasion de proposer des œuvres de l’Ecole de Nice avec des “Accumulations” et quelques réalisations caractéristiques d’Arman ou César, suivies d’une surprenante Compression de Salvador Dali estimée 60 000/100 000 €. Également inhabituelle dans la production de l’artiste, une nature morte dessinée d’Andy Warhol représentant une faucille et un marteau, produite en pleine guerre froide, est estimée 60 000/80 000 €.

Dans la veine Pop, l’huile sur toile Cartier du chinois Wang Guangyi est proposée à 120 000/180 000 €. Tandis qu’une œuvre de Richter, huile sur impression offset, réutilisant le motif de la bougie, fait écho à l’actuelle rétrospective de l’artiste au Centre Pompidou (estimation : 40 000/60 000 €). La maison Tajan clôt cette vacation avec une action humanitaire. Organisée avec le concours de Louis Vuitton et grâce à la collaboration de plusieurs artistes, les recettes de la vente d’une douzaine de lots seront reversées à la Croix Rouge monégasque pour un programme en faveur des enfants du Burkina Faso.

Légende photo

Gaston Chaissac (1910-1964) - "Sans titre" (1962) - Ripolin sur panneau - 119,5 x 99 cm - Estimation 100.000 / 150.000 €

Tajan - Ventes de prestige à Monaco - les 21 et 22 juillet 2012 au Café de Paris

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque