Dimanche 19 janvier 2020

Moyen Âge

Un monde imaginaire

Plongée au cœur des XIe et XIIe siècles pour mieux saisir les subtilités et l’unité de la sculpture romane

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 17 novembre 2010 - 437 mots

Conservateur en chef puis conservateur général responsable du département des Sculptures au Musée du Louvre de 1980 à 2004, Jean-René Gaborit signe aux éditions Hazan une somme sur la sculpture romane saisie dans toute sa diversité mais surtout son unité.

L’auteur prend le contre-pied des études menées jusque-là sur le sujet en écartant une approche strictement chronologique ou géographique, région par région. Il leur privilégie une analyse typologique, qui s’attache aux sources d’inspiration communes, aux modèles récurrents, aux différentes solutions plastiques pour répondre aux mêmes contraintes. L’étude  témoignent par là des « apports spécifiques et parfois méconnus de la période romane à l’histoire de la sculpture occidentale ». Et de préciser : « L’ambition de ce livre n’est pas de constituer une anthologie de la sculpture romane, encore moins de viser une impossible exhaustivité. » L’histoire de l’art qui se dessine ici se concentre sur le XIe siècle et sur la première moitié du XIIe siècle, lesquels constituent « le cœur de la période romane ». Quant à son cadre géographique, il correspond à « celui de la chrétienté latine », soit une importante partie de l’Europe occidentale et centrale.  Si la sculpture romane est indissociable de sa fonction architecturale, l’ouvrage souligne la part d’autonomie des sculpteurs romans, même s’ils n’en avaient pas toujours conscience. Il évoque des sculptures indépendantes « particulièrement novatrices sur le plan formel » et une « petite sculpture » en métaux précieux ou ivoire, qui permettait de faire circuler les modèles. La démonstration se nourrit des nombreuses reproductions d’œuvres qui vont jusqu’à couvrir des doubles pages pour révéler la sculpture dans ses moindres détails. Le lecteur peut ainsi prendre le temps de (re)découvrir les étranges créatures et motifs de l’art roman, à l’image de ce masque monstrueux ornant un chapiteau issu de Notre-Dame-des-Doms, à Avignon ; d’une allégorie du Mois de septembre décorant le baptistère de Parme ; d’Adam et Ève en piédroits du portail de la cathédrale de Lodi en Italie. À l’image encore des reliefs des piliers de la galerie du cloître de Santo Domingo de Silos (Espagne) représentant L’Incrédulité de saint Thomas, La Descente de croix ou La Résurrection ; du portail occidental de l’église abbatiale Sainte-Foy à Conques (Aveyron) figurant Abraham accueille les élus… 
Un art aux multiples interprétations dont « la liberté est finalement un phénomène assez rare dans l’histoire de l’art occidentale », souligne Jean-René Gaborit. Un art, enfin, qui « nous fascine par sa complexité et ses ambivalences » plongeant ses contemplateurs dans un monde « imaginaire et parfois angoissant ». 

Jean-René Gaborit, La Sculpture romane,

éditions Hazan, Paris, 2010, 440 p., 99 euros, ISBN 978-2-7541-0360-2.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°335 du 19 novembre 2010, avec le titre suivant : Un monde imaginaire

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque