Mercredi 28 octobre 2020

Weisweiler & Weisweiller

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 10 janvier 2003 - 239 mots

En bref
Le 18 décembre à Drouot-Richelieu, la SVV Beaussant-Lefèvre organisait une vente comprenant dessins et tableaux anciens, meubles et objets d’art provenant de la collection Weisweiller et à divers amateurs. Alec Weisweiller et sa famille habitèrent de 1949 à 1985 un hôtel particulier, 4, place des États-Unis à Paris. Pendant toute cette période, des fêtes somptueuses qui firent la “une” des journaux, étaient organisées avec ou pour des artistes comme Jean Cocteau. Plusieurs meubles estampillés A. Weisweiler d’époque Louis XVI provenant de cet hôtel particulier (Adam Weisweiler, reçu maître en 1778, est un lointain cousin des Weisweiller), étaient proposés aux enchères. Ainsi un bureau plat en acajou, placage d’acajou et moulures de laiton, ouvrant à trois tiroirs et avec une large tirette en façade, a été acquis pour 243 700 euros, de même qu’une rare petite table rectangulaire en ébène, à pieds fuselés octogonaux, démontables à cannelures simulées en étain, ornée de moulures de laiton, et à dessus de marbre encastré en brocatelle d’Espagne, a été adjugée 209 400 euros. Une très belle goua­che sur vélin marouflée sur panneau, représentant une Scène mythologique et nature morte par Georg (Joris) Hoeffnagel (Anvers, 1542 – Vienne 1600), monogrammée et datée en haut au centre 1590, a été acquise pour 283 750 euros. Elle portait l’épigramme en latin en haut : “ C’est un garçon certes prudent mais de beaucoup d’astuces. Il joue, mais quelquefois, en jouant, tente des choses sérieuses.”

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°162 du 10 janvier 2003, avec le titre suivant : Weisweiler & Weisweiller

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque