Dimanche 16 décembre 2018

Peinture

Vincent Gicquel, des vagues à l’âme

Par Henri-François Debailleux · Le Journal des Arts

Le 15 février 2017 - 487 mots

La galerie Thomas Bernard-Cortex Athletico expose sa série peuplée de silhouettes fantasques, mi-clownesques mi-spectrales, semblant prises en flagrant délit.

PARIS - Vincent Gicquel est un surfeur. S’il a raté son bac, c’est parce que ce jour-là il y avait de belles vagues. Aujourd’hui encore il partage son temps entre Bordeaux, quand l’eau est froide, et le Médoc, près de l’océan, quand la mer est plus chaude. Cette pratique sportive lui a sans doute appris à glisser et rebondir sur l’histoire de la peinture. Une connaissance perceptible dans sa nouvelle série de neuf toiles. Sur l’une d’elles, il a figuré trois petits personnages agrippés à un énorme phallus. « Si j’ai peint une bite, c’est parce que dans le domaine pictural les chevaux étaient déjà pris », précise l’artiste. Qui ajoute : « Au départ, mes personnages partaient avec la bite et un couteau. Mais ils ont perdu le couteau en route. » Gicquel ne manque pas d’humour, mais ses bravades révèlent vite leur côté grinçant. Si la toile ci-dessus décrite est intitulée Échelle, ce n’est pas pour que ses figures montent au barreau mais, selon l’une des premières définitions du mot, pour évoquer la proportion, donc la composition, donc la peinture. Peut-être aussi pour indiquer, en référence à l’échelle de Richter, un degré élevé d’étrangeté, de malaise généralisé et de mystère, comme le rappelle le titre énigmatique de l’exposition « As-tu vraiment besoin d’aller là-bas ? ». Car on ne sait jamais vraiment à quelle activité se livrent ces personnages bizarres présents dans toutes les œuvres : asexués, chauves, sans habits, sans regard si ce n’est celui de deux orbites vides, ils sont toujours en train de regarder le spectateur comme le font les animaux dans un zoo (un singe est d’ailleurs figuré dans l’une des toiles). Ils évoquent des silhouettes fantomatiques, des formes humanoïdes, entre extraterrestres et squelettes, immobilisés dans des postures ambiguës, comme surpris dans des activités inavouées, ici en plein coït, là en train de chevaucher une balustrade. Et des balustrades, il y en a beaucoup, presque dans toutes les œuvres, pour rappeler que des bandes verticales sont un terrain de jeu idéal pour parler de peinture, de couleurs, de gestes, de transparences, et répondre aux plages figuratives. De même, les étoiles sont très présentes : d’une part comme motif, d’autre part comme rappel de la piste du cirque, avec son clown blanc, ses « freaks » évoquant les personnages du film culte de Tod Browning, ses pantomimes en tout genre. C’est en effet par l’absurde et par des situations loufoques que Vincent Gicquel, féru de philosophie et notamment de Nietzsche, pense son rapport à la vie, et par le rire et la dérision qu’il supporte l’idée de la mort.

Compris entre 4 000 euros pour les petits formats (80 x 60 cm) et 7 000 pour les grands (190 x 140 cm), les prix sont raisonnables pour un artiste encore jeune (il est né en 1974) et qui n’en est qu’à sa deuxième exposition personnelle à Paris, dans cette même galerie.

VINCENT GICQUEL

Jusqu’au 25 février, Galerie Thomas Bernard-Cortex Athletico, 13, rue des Arquebusiers, 75003 Paris, tél. 01 75 50 42 65, www.galeriethomasbernard.com, du mardi au samedi 10h30-19h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°473 du 17 février 2017, avec le titre suivant : Vincent Gicquel, des vagues à l’âme

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque