Dimanche 16 décembre 2018

Trois questions à

Vincent de la Celle, président de la CNES, expert en argenterie ancienne et mobilier XVIIIe

« La demande pour le juridique est vraiment là »

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 18 mars 2005 - 712 mots

 Comment se porte le marché de l’orfèvrerie ancienne ?
Il ne se porte pas si mal par rapport à d’autres secteurs en souffrance car c’est un domaine très sain et les collectionneurs connaissent très bien ce marché. Hormis les grands objets qui se vendent aisément à de prestigieuses collections ou à des institutions, les poinçons rares sont très prisés même si les objets ne sont pas exceptionnels. Je pense aux objets d’argenterie issus de villes qui ont peu produit comme Dax, Douai ou Roanne, ou à des poinçons peu fréquents à l’exemple de Mulhouse ou Dinan. En revanche, les pièces communes comme la classique verseuse tripode XVIIIe ont autant de difficultés à se vendre qu’une commode Louis XVI ou qu’une paire de cabriolets Louis XV, ce qui est dommage car cela représente l’art de vivre à la française. Pour ma part, je me sers de mon argenterie de service tout le temps.

Quelles sont vos dernières rencontres artistiques ?
La foire de Maastricht [Tefaf] demeure ce qu’il y a de plus de fascinant. On y découvre des objets incroyables de tous les continents, de toutes les civilisations et de toutes les époques, qui se mélangent merveilleusement. On ne retrouve pas cela à la Biennale des antiquaires [Paris]. À Maastricht, j’ai pu voir beaucoup de pièces d’orfèvrerie allemandes, des Pays-Bas ; des objets en argent de Boston, de Philadelphie ou d’Amérique latine qu’on ne voit jamais, et de grands objets français. J’ai notamment admiré chez Francis Janssens van der Maelen (Bruxelles) une aiguière en argent de 1713 provenant d’Arras avec un grand plat (peut-être son bassin) aux armes du comte d’Artois. Cette œuvre historique a été réalisée l’année du traité d’Utrecht, qui fixe les frontières entre la France et les Pays-Bas. Et puis il y avait à la galerie La Mésangère (Liège) une énorme coupe couverte en vermeil de 1575 de Lille, très décorée avec un lion portant une oriflamme en son sommet, une pièce remarquable et rarissime.

Quelle est votre actualité ?
La CNES [Chambre nationale des experts spécialisés] forme ses membres depuis quasiment son origine, soit plus de trente ans. Cette formation était dispensée à l’époque par des experts de la chambre un peu dans la tradition des apprentis, des compagnons et des maîtres du XVIIe siècle. Depuis des années, je réfléchis à la manière de formaliser tout cela. Cela a abouti à la création en 2003 de l’« Institut CNES » centre de formation continue des experts de la CNES dont la vocation permet, en complément de ce que nous proposons en histoire de l’art, d’étendre notre formation à des secteurs que l’on n’explorait pas, notamment le domaine juridique. Le premier stage organisé en juillet 2004, qui portait sur « L’organisation judiciaire en France », a passionné plus de 60 inscrits parmi nos 250 membres (environ 150 experts, 50 stagiaires et 50 membres honoraires et correspondants étrangers). C’était très encourageant et j’ai été étonné de la participation. Fin 2004, un second stage sur « La différence juridique entre les faux et les contrefaçons » a obtenu le même accueil. Enfin, nous avons dernièrement beaucoup appris sur « La responsabilité de l’expert », un thème très intéressant et très pointu, et qui nous concerne au premier chef car les magistrats recherchent de plus en plus la responsabilité de l’expert dans les procès. Depuis quelques années, on sent un glissement de la jurisprudence de l’obligation de moyens vers l’obligation de résultat. Cela nous oblige à être vigilants et conscients de la responsabilité engagée qui est la nôtre. Un deuxième stage sur ce thème est d’ailleurs prévu cette année. Le but de cette formation juridique menée par des juristes est d’anticiper les problèmes que nous pouvons rencontrer dans notre profession. L’Institut CNES est un vrai succès. La demande pour le juridique, qui n’était pas évidente au départ, est vraiment là aujourd’hui. En 2005, je vais élargir les thématiques à tout ce qui peut apporter une aide technique aux experts : la méthodologie, les assurances, la comptabilité… Ces stages sont pour l’instant réservés aux membres de la chambre, et ce pour des questions d’organisation. Mais à l’avenir, ils pourraient s’ouvrir à des experts de la Cedea (Confédération européenne des experts d’art), laquelle fédère trois syndicats français dont le nôtre et un syndicat belge. J’y travaille activement.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°211 du 18 mars 2005, avec le titre suivant : Vincent de la Celle, président de la CNES, expert en argenterie ancienne et mobilier XVIIIe

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque