Mardi 18 septembre 2018

Une foire de découvertes

Star’t séduit un public de non initiés

Le Journal des Arts

Le 4 février 2000 - 460 mots

Star’t, la jeune foire d’art contemporain de Strasbourg, se veut une plate-forme de présentation de la création contemporaine dans la région transfrontalière du Rhin supérieur (Allemagne, Suisse, Benelux). Pour sa quatrième édition, du 4 au 7 février, elle accueille 103 galeries, dont une trentaine d’exposants étrangers.

STRASBOURG - “C’est une foire que j’aime bien, sympathique et sans prétention, insiste Michèle Aittouarès (galerie Berthet-Aittouarès, Paris). Elle est fréquentée par des visiteurs intéressés et curieux qui ne sont pas les interlocuteurs habituels et réguliers des marchands”. Les visiteurs viennent en majeure partie de France et d’Allemagne, d’autres d’Espagne ou d’Italie. Les marchands étrangers les mieux représentés sont les Allemands (10 galeries) et les Italiens (9), suivis par les Néerlandais (4) et les Espagnols (3).

La galerie Berthet-Aittouarès, qui participe à Star’t depuis quatre ans, proposera des œuvres de jeunes artistes entre 10 000 et 30 000 francs, comme celles du sculpteur Laurent Chabolle qui utilisent des alliages de matériaux de récupération (fer, bois, tôle), et de grandes peintures très colorées de Forest représentant des vallées en Californie. Elle exposera également, comme les années précédentes, un cabinet d’amateurs composé de dessins et d’estampes de Bonnard à Picasso, en passant par Michaux, entre 10 000 et 100 000 francs. Pour sa première participation , la galerie Catherine Issert (Saint-Paul-de-Vence) a sélectionné de grandes peintures sur tôle de Pascal Pinaud (45 000 francs), des petits dessins, baptisés “Test’art”, réalisés à l’aide de laques automobiles (4 500 francs) et des séries de photographies (25 000 francs). Des œuvres de Jean-Michel Alberola, des peintures, gouaches et dessins récents de Jean-Charles Blais ainsi que des œuvres sur le thème du temps et de la durée de Ben figureront aussi en bonne place sur son stand. “Nous participons à cette foire pour nous rapprocher de la clientèle allemande qui fréquente peu notre galerie”, explique Cécile Vaiarelli.

Pour sa part, Luc Berthier (African Muse Gallery, Paris) présentera des œuvres d’Albert Ayme. “Il a été un des premiers, avec Hantaï, à travailler sur des toiles libres, sans châssis. Il réalise des recherches sur des formes géométriques empreintes de chaleur”, souligne le galeriste. Il montrera aussi des huiles de Rurik, faites d’aplats de couleurs juxtaposés à la manière de Rothko, accrochées à côté d’œuvres d’art primitif.

La foire ménagera également une large place à l’édition, représentée par une douzaine de galeries comme Le petit Jaunais (Nantes), Pasnic (Paris) et Rémy Bucciali (Colmar). La photographie et la vidéo seront elles aussi à l’honneur, notamment sur le stand de la galerie Françoise Knabe (Francfort) ou celui de la galerie Mathieu (Lyon).

- STAR’T, FOIRE D’ART CONTEMPORAIN DE STRASBOURG, 4-7 février, Parc des expositions, tél. 03 88 37 21 21, vendredi 4 et dimanche 6, 11h-20h ; samedi 5, 11h-22h ; lundi 7, 11h-19 h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°98 du 4 février 2000, avec le titre suivant : Une foire de découvertes

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque