Vendredi 22 novembre 2019

France

Une année de contrastes

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 14 janvier 2015 - 861 mots

Le chiffre d’affaires des quinze premières maisons de ventes en France progresse de 6 %. Drouot enregistre une baisse de près de 9%.

Le trio de tête des maisons de ventes en France poursuit sur sa lancée, affichant un résultat de 581,7 millions d’euros  contre 547,2 millions d’euros en 3013, soit une augmentation de 5,9 %. De même, les quinze premiers opérateurs de ventes volontaires (Top 15) enregistrent une hausse de 6 %. Pourtant, si l’on cumule le chiffre d’affaires du trio et celui de Drouot, la croissance est maigre : 0,3 % (944,4 millions d’euros contre 941,2 en 2013).

Sotheby’s conserve la première place du classement, enregistrant 213 millions d’euros, soit une hausse de 13,3 % (188 millions en 2013). Il s’agit du plus haut total pour une maison de ventes depuis cinq ans en France (en 2009, avec la vente de la  collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, Christie’s avait réalisé 383 millions d’euros). Des résultats forts en art contemporain (51,1 millions d’euros) et en art impressionniste et moderne (39,1 millions d’euros) tirent vers le haut l’auctioneer leader dans ces deux spécialités, très concurrentielles. À cela s’ajoute le produit de la vente de la collection privée de Félix Marcilhac en mars (25 millions d’euros) et celui du Portrait de Paul Alexandre par Amadeo Modigliani (13,5 millions d’euros), plus forte enchère de l’année en France. Pour Guillaume Cerutti, président de Sotheby’s France, « l’année a été exceptionnelle dans tous les domaines, au-delà des coups d’éclat de la collection Marcilhac et de la vente du Modigliani. Nos départements sont bien implantés puisque, sur les dix, huit sont leaders ».

En deuxième position et pour la première fois de son histoire, vient Artcurial, devançant donc Christie’s, reléguée à la troisième place. L’opérateur obtient un total de 192 millions d’euros, frais compris et TVA incluse, soit 188 millions d’euros hors taxes selon nos calculs. Cependant, une grande partie de ce résultat est dû à la performance de son département automobiles de collection, qui totalise 50 millions d’euros ( 67 %). La maison a choisi de se positionner différemment : « Nous souhaitons faire d’Artcurial le “Hermès des ventes publiques”, en prônant la singularité, l’excellence et la différence. Nos départements sont donc différents du duopole », explique son président, Francis Briest. Excepté Osenat, les autres maisons de ventes ne disposent pas d’un département automobiles. L’autre pôle phare d’Artcurial est le XXe siècle, avec un total de 63,5 millions d’euros, comprenant l’art impressionniste et moderne, l’art contemporain, le design et la bande dessinée (12 millions d’euros). Cependant, les ventes d’art impressionniste, moderne et contemporain baissent, passant de 56,2 à 42 millions d’euros. Francis Briest souligne également le fait que « la France est à la traîne. 75 % de nos acheteurs sont étrangers ! » (contre près d’un quart de vendeurs étrangers).
Christie’s annonce un total de 180,7 millions d’euros (– 3,1 %.) François de Ricqlès, président de Christie’s France, indique que cette baisse est due au fait que la collection Marcilhac lui a échappé. « Même si nous retirions cette collection de notre chiffre d’affaires, nous serions quand même deuxièmes ! », rétorque François Tajan, d’Artcurial. L’opérateur a également été pénalisé par un manque de pièces phares l’an dernier en France.

Déménagement réussi pour Piasa
En quatrième position, mais loin derrière, se classe Tajan, qui enregistre une légère baisse avec un total de 35,3 millions d’euros, contre 40,7 en 2013, puis Piasa qui stagne à 34,9 millions d’euros. La maison et son directeur étaient attendus au tournant depuis l’installation de l’enseigne rue du Faubourg-Saint-Honoré. Frédéric Chambre se félicite d’avoir conservé un même produit « et ce en pleine phase de transition ». Piasa atteint un montant de près de 18 millions d’euros en design, soit 100 % de plus qu’en 2013. Cornette de Saint Cyr se classe sixième (32,4 millions d’euros) suivi de Millon & associés (31,6 millions d’euros) et Aguttes (31,2 millions d’euros).

Osenat (Fontainebleau) effectue une remontée de trois places, enregistrant la croissance la plus spectaculaire, de l’ordre de 40 % (22,7 millions d’euros), ceci  grâce à la vente de la collection napoléonienne du palais princier de Monaco (10 millions d’euros).

Suivent Pierre Bergé & associés, en hausse de 21 % (19,7 millions d’euros), Beaussant-Lefèvre qui remonte la pente après sa baisse en 2013 ( 31,1 %, 19,6 millions d’euros), Ader (19,3 millions d’euros), Binoche et Giquello (16,6 millions d’euros) puis Thierry de Maigret (15,7 millions d’euros), chutant de sept places. Une peinture chinoise d’époque Tang vendue 4,6 millions d’euros avait fait toute la différence en 2013.

À la quinzième et dernière place, l’OVV Tessier & Sarrou signe une nouvelle entrée (14,3 millions d’euros) grâce notamment à deux enchères millionnaires en arts d’Asie (un vase meiping et un cachet impérial adjugés respectivement 2,1 et 1,8 million(s) d’euros). Quant à l’hôtel Drouot, il poursuit son hémorragie avec une perte de 8,6 % par rapport à l’an passé, passant de 394 millions d’euros en 2013 à 362,7 millions d’euros en 2014.

Top 15 2014 des opérateurs de ventes volontaires en France

Top 15 2014 des operateurs de ventes volontaires en France

Note

Les chiffres d’affaires annuels de toutes les maisons de ventes devraient être communiqués par le Conseil des ventes volontaires d’ici au mois de mars.

Bilan - Les ventes publiques en 2014

  • Nouvelle poussée des ventes publiques ></a></li>
    <li>Un marché toujours solide <a href=></a></li>
    <li>Paris à la traîne en 2014 <a href=></a></li>
    <li>Bilan flatteur <a href=></a></li>
    <li>Toujours plus haut <a href=></a></li>
</ul>
</div></p></div></body></html>

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°427 du 16 janvier 2015, avec le titre suivant : Une année de contrastes

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque