Mercredi 21 février 2018

Bijoux

Un vent de folie

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 3 août 2007

L’abondance des liquidités fait monter les prix des plus belles pièces de la joaillerie.

GENÈVE - Organisée du 13 au 16 novembre, la saison genevoise des grandes ventes de bijoux et montres s’est achevée sur un résultat impressionnant, avec environ 90 millions d’euros de chiffre d’affaires partagé entre Christie’s et Sotheby’s. « Le marché est sain et beaucoup de liquidités circulent », lance David Bennett, directeur du département bijoux pour l’Europe et le Moyen-Orient chez Sotheby’s. Mais Christie’s a pris une longueur d’avance sur son concurrent. En plus du catalogue d’importants bijoux, la maison de ventes présentait une sélection d’une cinquantaine de pièces créées par Van Cleef & Arpels, en l’honneur du centenaire du joaillier, et surtout une superbe collection royale du Moyen-Orient qui a attiré les amateurs du monde entier. Cette dernière a totalisé 38,7 millions de francs suisses (24,8 millions d’euros), soit un record historique pour une collection de bijoux chez Christie’s et le 2e prix mondial après la célèbre collection de la duchesse de Windsor vendue pour 39,5 millions d’euros en avril 1987 chez Sotheby’s à Genève. Neuf heures d’intenses batailles d’enchères ont été nécessaires pour venir à bout des 314 lots disputés par des collectionneurs venus de Russie et des États-Unis, des amateurs asiatiques et des acheteurs du Moyen-Orient, des professionnels internationaux et une armée de téléphones. « La grande nouveauté, cette année, a été la présence d’acheteurs indiens. Ils se sont déplacés en grand nombre pour enchérir sur les parures et autres bijoux en perles d’Orient, vedettes de cette collection avec les diamants. Ces nouveaux acteurs des salles de vente ont largement contribué à une augmentation d’environ 15 % sur le prix des perles », indique François Curiel, directeur international de la spécialité chez Christie’s et commissaire-priseur de la vente. Un record mondial a été établi pour une parure d’Harry Winston en perles et diamants, adjugée 3,3 millions d’euros.
Chez Sotheby’s, « le marché a été chaud pour les très belles pierres de couleur auxquelles les acheteurs indiens ne sont pas restés insensibles. Les bijoux uniques ou rares des grandes griffes de la joaillerie, plus particulièrement des années 1920 et 1930, sont particulièrement recherchés », rapporte David Bennett. Ainsi, un bracelet unique des années 1910 composé de 25 saphirs, dont 19 en provenance du Cachemire, a-t-il été emporté au prix fort de 996 300 euros.
Un vent de folie s’est aussi abattu sur les ventes de montres, avec un record d’affluence (six cents participants chez Christie’s, dont plus d’un tiers présent dans la salle). Avec plus de 12 millions d’euros de chiffre d’affaires, Christie’s inscrit un nouveau record dans l’histoire de la maison de ventes, assez loin devant Sotheby’s qui, avec « seulement » 6,8 millions d’euros, enregistre également son plus fort niveau historique. « Il y a encore quelques années, une vente de montres de trois millions d’euros était considérée comme un événement, souligne Aurel Bacs, codirecteur du département chez Christie’s. Les nouveaux acheteurs, notamment russes et chinois, et la qualité des pièces présentées venant à 90 % de collections privées pour lesquelles les amateurs sont prêts à dépenser de plus en plus d’argent, ont accéléré le mouvement. » Deux modèles de montre-bracelet signés Patek Philippe ont culminé à 1,3 et 1,5 million d’euros, respectivement chez Sotheby’s et Christie’s, des prix rarement atteints dans la spécialité.

SOTHEBY’S

- Experts : David Bennett, Brett O’Connor et Douglas Walker (bijoux), Ronny Wooter et Alexander Barter (montres) Importants bijoux, le 15 novembre - Résultats : 22 millions d’euros - Nombre de lots vendus/invendus : 338/129 - Lots vendus : 72,4 % - Valeur : 78,2 % Montres, le 14 novembre - Résultats : 6,8 millions d’euros - Nombre de lots vendus/invendus : 258/70 - Lots vendus : 78,7 % - Valeur : 86,7 %

CHRISTIE’S

- Experts : Éric Valdieu et David Warren (bijoux), Aurel Bacs (montres) Bijoux, Collection royale, le 14 novembre - Résultats : 24,8 millions d’euros - Nombre de lots : 314 - Lots vendus : 100 % - Valeur : 100 % Van Cleef & Arpels, le 16 novembre - Résultats : 5,98 millions d’euros - Nombre de lots vendus/invendus : 45/4 - Lots vendus : 92 % - Valeur : 95,9 % Importants bijoux, le 16 novembre - Résultats : 18,2 millions d’euros - Nombre de lots vendus/invendus : 177/72 - Lots vendus : 71 % - Valeur : 78 % Montres, le 13 novembre - Résultats : 12,1 millions d’euros - Nombre de lots vendus/invendus : 414/34 - Lots vendus : 92,4 % - Valeur : 96,7 %

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°248 du 1 décembre 2006, avec le titre suivant : Un vent de folie

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque