Un salon top niveau pour Monaco

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 19 avril 2002

Trente-cinq à cinquante galeries internationales d’art moderne et contemporain devraient se retrouver à Monte-Carlo en avril 2003 pour le premier Monaco Art Show. Cette foire qui vise la « qualité », aura lieu au Grimaldi Forum.

PARIS - Monte-Carlo est un vivier de collectionneurs. Trois à quatre cents y passeraient notamment tous les ans leur week-end de Pâques, le deuxième en terme de fréquentation pour la principauté. C’est justement à cette époque de l’année, plus précisément du 18 au 24 avril 2003, que France Conventions-Art Paris a décidé d’organiser la première foire d’art moderne et contemporain de Monaco. La Sarl Art Paris, filiale de la SA France Conventions, a déjà à son actif de nombreux salons, tels Art Paris, Sm’art Art Paris Design, ou la Biennale des arts asiatiques. Elle se renforce aujourd’hui avec l’arrivée d’un nouvel actionnaire de taille, Henri Jobbé-Duval, l’un des fondateurs historiques de la Fiac, fraîchement évincé de son poste de vice-président de Reed-Oip.

La nouvelle manifestation entend réunir une sélection des meilleures galeries d’art moderne, d’art contemporain “historique” et “émergent”, ainsi que d’autres spécialisées en photographie. Un commissaire, Stéphane Baumet, a même été recruté pour ce secteur spécifique. Certaines galeries ont déjà été approchées dans une dizaine de pays et la perspective de ce nouveau salon, dans un contexte qui devient de plus en plus concurrentiel, a, aux dires des organisateurs, plutôt été accueillie avec enthousiasme. Le Grimaldi Forum, qui abrite mais aussi coproduit la manifestation, entend en effet inviter pour deux nuits une centaine de couples de collectionneurs supplémentaires qui viendront rejoindre les résidents au cours d’un dîner de gala dont Monaco a le secret.

La sélection des galeries sera assurée par un comité réunissant des “ambassadeurs” (galeristes qui seront chargés de défendre la foire dans leurs pays respectifs), des collectionneurs monégasques et un représentant de France Conventions-Art Paris. Réparties sur 4 000 mètres carrés, les galeries – quatre à cinq par pays – se partageront des stands de 50 à 70 mètres carrés, proposés à un prix légèrement plus élevé que celui de la Foire de Bâle, soit environ 300 euros le mètre carré. Pour les jeunes galeries, ce prix sera ramené à 230 euros le mètre carré. À côté des galeries d’art moderne, dont la Marlborough Gallery, les organisateurs sont décidés à attirer sur place des marchands défendant les artistes les plus à la pointe. De l’aveu même d’Henri Jobbé-Duval, directeur de Monaco Art Show, et d’Alain Lamaignère, commissaire général, il ne s’agit ni plus ni moins, au niveau de la qualité, que de proposer “une Foire de Bâle en plus resserré”. Alors, la crème des galeries en avril 2003 à Monaco ? La réponse au mois de septembre lorsque la liste des participants sera dévoilée.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°147 du 19 avril 2002, avec le titre suivant : Un salon top niveau pour Monaco

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque