Dimanche 16 décembre 2018

Monaco

Un nouvel été brillant

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 4 octobre 2007 - 667 mots

Tajan et Artcurial enregistrent 13 millions d’euros d’enchères de bijoux, montres et d’œuvres d’art.

 MONACO - De duel en duo, les maisons Artcurial et Tajan se sont retrouvées à Monaco pour une série de ventes totalisant 13,15 millions d’euros de transactions, soit 4,2 millions pour Artcurial et 8,95 millions pour Tajan. Pour sa deuxième saison monégasque, Artcurial a adjugé la moitié de son catalogue qui comptait un tiers de lots en plus que l’été passé, correspondant à une petite hausse de 5 % en valeur. La pièce phare, une bague en or gris signée Chanel, sertie d’un saphir de 58,53 carats, taillé en coussin et retenu par quatre griffes stylisées de serpents entrelacés et sertis de diamants taillés en brillant, est partie à 430 600 euros. Un pendentif en or jaune orné d’un diamant jaune Fancy Yellow de 14,96 carats, de taille carrée à pans, est monté à 347 000 euros. Ces pièces de qualité sont chinées à travers toute l’Europe. Les acheteurs sont rarement sur place et les enchères sont menées au téléphone. « Nous comptons sur nos partenaires européens d’International Auctioneers à l’exemple de la maison Lempertz à Cologne qui ne vend pas de bijoux », rapporte François Tajan, directeur du département joaillerie d’Artcurial. Un bracelet Van Cleef & Arpels formé d’un ruban en Serti Mystérieux à cinq rangs de rubis entre deux lignes de brillants, estimé 30 000 euros et emporté pour 130 100 euros, en était issu. Les expositions organisées à Paris, Bruxelles et Cologne ont ensuite attiré l’attention des acheteurs tel l’adjudicataire allemand du diamant jaune qui avait repéré la pièce lors de sa présentation à Cologne.

Tajan loin devant
La maison Tajan, présente depuis de nombreuses années à Monaco, a vu cette année ses résultats des ventes de bijoux et montres progresser de 15,4 % en valeur pour 150 adjudications supplémentaires. La vente d’art moderne et contemporain, plus sélective que les années précédentes, a enregistré 27 % de hausse en valeur. Et ce, bien que les lots vedettes soient restés invendus, comme une bague en or gris sertie d’un rubis birman de 8 carats de type « sang de pigeon », estimée 530 000 euros, et une grande huile sur toile, Baigneuses au bord de la mer, vers 1908-1909, de Théo van Rysselberghe, estimée 500 000 à 650 000 euros. La saison a été couronnée par la vente pour 425 120 euros d’une bague réalisée par By Edéenne, ornée d’un diamant jaune Fancy Yellow de 30,21 carats, et par deux records pour des montres-bracelets : une IWC en platine, à grande complication, avec calendrier perpétuel, chronographe et répétition des minutes, emportée pour 111 000 euros, et une série spéciale d’Audemars Piguet, en platine avec tourbillon, réserve de marche et quantième, cédée pour 102 360 euros. Une sculpture en fer soudé de César, Hommage à Villetaneuse, pièce unique de 1964 provenant de l’ancienne collection Bernar Venet, est partie au double de son estimation à 191 840 euros. Teatro Stenterello n°2, huile sur toile de 1914 signée Alberto Magnelli, s’est vendue 515 250 euros ; Le Bal du 14 juillet, 1922, gouache signée Ossip Zadkine, a atteint 101 120 euros, un record du monde pour une œuvre sur papier de l’artiste. Enfin, un bureau Rodéo et son fauteuil d’Elizabeth Garouste et Mattia Bonetti (éd. 1989) se sont envolés à 111 000 euros, soit trois fois le prix obtenu le 30 novembre 2006 chez Christie’s à Paris et une première en matière de design à Monaco.

Artcurial, les 30 et 31 juillet - Experts : Thierry Stetten (bijoux) et Romain Réa (montres) - Résultat : 4,2 millions d’euros - Lots vendus : 52,4 % - Nombre de lots vendus/ravalés : 379/344 Tajan, Bijoux les 28, 29 et 30 juillet - Expert : Chantal Beauvois - Résultat : 6 millions d’euros - Lots vendus : 64,6 % - Nombre de lots vendus/ravalés : 517/283 Tajan, Montres le 30 juillet - Expert : Geoffroy Ader - Résultat : 750 000 euros - Lots vendus : 68,8 % - Nombre de lots vendus/ravalés : 146/66 Tajan, le 30 juillet - Experts : Bruno Jansem (art moderne) et Julie Ralli (art contemporain) - Résultat : 2,2 millions d’euros - Lots vendus : 72,7 % - Nombre de lots vendus/ravalés : 56/21

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°264 du 7 septembre 2007, avec le titre suivant : Un nouvel été brillant

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque