Mercredi 19 décembre 2018

Un été à Deauville

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 9 juillet 2009 - 239 mots

Avec Monaco et Cannes, la station balnéaire de Deauville reste très active durant l’été en matière d’enchères.

DEAUVILLE - La maison Artcurial-Deauville donne chaque année une série de ventes spécialisées qui démarrera avec les grands vins et alcools le 8 août, suivi de la dispersion d’une collection de bijoux fantaisie de créateurs le 14 août, d’une vente de montres le 18 août et enfin de bijoux le 19 août. Une bague en or jaune sertie d’un saphir jaune ovale de 32 carats épaulé de douze petits diamants (est. 20 000 euros) en sera l’un des lots phares. Trois tableaux de Théodore Géricault, Un tigre royal allongé d’après Stubbs (est. 80 000 euros), un Autoportrait (est. 60 000 euros) et Deux lions tirant un char d’après Rubens (est. 40 000 euros), feront partie de la sélection d’art moderne lors de la vacation du 22 août, avec Le Bal du Moulin de la Galette, gouache signée Maurice Utrillo (est. 40 000 euros) et La Plage de Villerville, huile sur toile de Pierre de Belay (est. 20 000 euros). La vente consacrée à la thématique du cheval et des courses comprendra des peintures, dessins et sculptures d’Alfred de Dreux, Isidore Bonheur et Pierre Dubaut. Enfin, le 29 août, une vente de « paquebots légendaires » réunira des objets de décoration et du mobilier ayant navigué sur les croisières de luxe, du Normandie au France (Norway).

Rens. 02 31 81 81 00, www.artcurial-deauville.com

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°307 du 10 juillet 2009, avec le titre suivant : Un été à Deauville

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque