Dessins anciens

Tiré au cordeau

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 17 juin 2008

Dispersion à Drouot de l’exceptionnelle collection Lefuel de dessins français d’architecture.

PARIS - Avec une quarantaine de dessins sur Versailles, d’innombrables projets parisiens allant de l’Arc de Triomphe au Palais du Luxembourg, en passant par les Champs-Élysées, la place de la Concorde, les Tuileries, le Palais-Royal, le Pont-Neuf, etc., mais aussi quelques planches d’élévations de Bordeaux, Marseille, Mâcon, Dijon et Toulon, la collection de dessins d’architecture, présentée à Drouot par la SVV Millon le 26 juin, est sans pareil. Elle couvre deux siècles, de la fin du règne de Louis XIV à Viollet-Le-Duc. Il n’y a pas d’équivalent dans les collections publiques. De quoi justement attiser les convoitises de nombre institutions françaises, à commencer par le château de Versailles et le Musée Carnavalet. Ces musées, qui rêvaient d’une dation, doivent s’arracher les cheveux à ne savoir que préempter, sachant qu’il leur est budgétairement impossible d’acquérir tout ce qui les intéresse.
Malheureusement, cet ensemble grandiose est vendu anonymement, sans préface au catalogue ni moindre hommage à la qualité indéniable du collectionneur, Olivier Lefuel. Décédé en 2004, cet expert parisien de renom spécialisé en mobilier XVIIIe, descendant de Georges Jacob, grand ébéniste du siècle des Lumières, et d’Hector Lefuel, l’architecte en chef du nouveau Louvre de Napoléon III, il était mordu de dessins d’architecture, et sans doute un architecte rentré. On ne peut que déplorer que la discrétion des vendeurs ait fait l’impasse sur ce prodigieux pedigree. Ce fonds de dessins, commencé à partir de quelques planches héritées d’illustres ancêtres et nourris en quarante années de chine passionnée, était connu. Si l’on exclut la question fiscale, une chicane familiale peut être à l’origine de cette regrettable privation d’information pour le public. Quel dommage pour le marché du dessin, particulièrement étroit dans cette section consacrée à l’architecture, souvent incomprise, mal-aimée et boudée, malgré des prix attrayants ! « Cet apport extraordinaire que nous exposons dans son intégralité à la galerie de Bayser pour une durée de trois semaines, peut relancer le marché », lance l’expert de la vente, Patrick de Bayser. Citons notamment une suite de trois projets du concours de Louis XVI pour l’aménagement de Versailles par Jean-François Heurtier, estimée 45 000 euros, et un ensemble de trois autres propositions pour Versailles, réalisées sous l’Empire par Alexandre Dufour et Pierre-François-Léonard Fontaine, pour le même prix. Ou encore Versailles entouré d’une colonnade à la façon de Saint-Pierre de Rome, planche aquarellée de Marie-Joseph Peyre, estimée 20 000 euros.

COLLECTION D’UN GRAND AMATEUR DE DESSINS D’ARCHITECTURE

Vente le 26 juin à 14h30 à Drouot, SVV Millon, 9, rue Drouot, 75009 Paris,, tél. 01 48 00 99 44, www.millon-associes.com, exposition publique : le 25 juin 11h-18h et le 26 juin 11h-12h

DESSINS D’ARCHITECTURE

- Expert : Patrick de Bayser - Estimation : 800 000 euros - Nombre de lots : 218

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°284 du 20 juin 2008, avec le titre suivant : Tiré au cordeau

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque