Dimanche 21 octobre 2018

Third parties : plus de transparence à New York

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 18 janvier 2017 - 203 mots

Dans une lettre datée du 9 septembre 2016, le département de la consommation de la Ville de New York a recommandé aux maisons de ventes de communiquer le prix net des œuvres qui ont été garanties par un tiers, quand ces œuvres ont été achetées par le garant lui-même.

Aussi, les remises faites à l’acheteur tiers garant, pour le remercier d’avoir garanti l’œuvre, doivent être déduites du prix total. Les trois maisons de ventes (Sotheby’s, Christie’s et Phillips) s’y sont conformées.

Ainsi, le tableau Les Filles sur le pont, d’Edvard Munch, vendu chez Sotheby’s New York le 14 novembre, était garanti par un tiers (« ordre d’achat irrévocable »). Le tableau a été adjugé 50 millions de dollars (46 millions d’euros) au marteau, soit 56,5 millions frais compris. Or, le prix publié par Sotheby’s est de 54,5 millions frais compris. Les 2 millions de différence correspondent à la somme reçue par l’acheteur tiers garant en contrepartie de son enchère. « Le prix communiqué correspond au véritable prix payé par l’acheteur. Il y a une volonté de gérer le marché tel qu’il est, sans trop le doper, ce qui est une bonne chose », a commenté Thomas Seydoux, expert en art impressionniste et moderne.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°471 du 20 janvier 2017, avec le titre suivant : Third parties : plus de transparence à New York

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque