Mercredi 12 décembre 2018

Temps forts à Drouot-Montaigne

Par Éric Tariant · Le Journal des Arts

Le 6 octobre 2000 - 300 mots

Une toile de Carlo Saraceni, trois tableaux de Corot, un bureau plat d’époque Louis XVI estampillé I. Dubois, un livre d’heures de Charles VIII par le Maître de la « Chronique scandaleuse » sont quelques-unes des plus belles œuvres qui seront exposées, du 18 au 23 octobre, avenue Montaigne à l’occasion des Temps forts de Drouot.

PARIS - L’étude Pescheteau-Badin, Godeau, Leroy présentera un bureau plat d’époque Louis XVI, estampillé I. Dubois, exécuté en placage d’ébène, ouvrant à trois tiroirs séparés par des rosaces de bronze doré (3-3,5 millions de francs) et un groupe en bronze représentant Samson et les deux Philistins inspiré d’une esquisse perdue de Michel-Ange (300-400 000 francs). Des tableaux anciens exposés, on retiendra Le Déluge universel, une toile de Carlo Saraceni (1579-1620), provenant de l’ancienne collection du marquis Cambiazo (Gênes), restée dans la même famille depuis 1872 (4-6 millions de francs) mais aussi un ensemble de dessins de Charles Percier et Fontaine pour l’empereur Napoléon Ier dont un projet pour un lit d’apparat de Charles Percier (100-120 000 francs). Juan Gris (Pipe et paquet de tabac, 800 000-1 million de francs), Camille Corot (Souvenir des environs de Saint-Omer, 800 000-1 million de francs) et plusieurs orientalistes dont Étienne Dinet (Le Djouak, 800 000-1 million de francs) représenteront les modernes. Côté livres anciens, le livre d’heures de Charles VIII par le Maître de la “Chronique scandaleuse”, exécuté après le mariage de Charles VIII avec Anne de Bretagne (2 millions de francs), qui sera mis en vente début décembre par Me Buffetaud, est une des pièces majeures de l’exposition. On remarquera également quelques émouvants souvenirs historiques parmi lesquels figurent des objets personnels de Maria Callas provenant de deux collections privées européennes dont son célèbre manteau en chinchilla et une belle lettre que lui adressa Luchino Visconti en 1958.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°112 du 6 octobre 2000, avec le titre suivant : Temps forts à Drouot-Montaigne

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque