Mercredi 21 février 2018

Taillevent : des nouilles au gratin

Une grande vente de vins pour les cinquante ans du restaurant

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 4 décembre 2009

Pour marquer ses cinquante ans, le restaurant parisien Taillevent organise avec le commissaire-priseur Jacques Tajan, le 2 octobre, en duplex entre Paris et New York, une vente de très grands vins. Ses bénéfices iront au Musée national de la coopération franco-américaine de Blérancourt.

PARIS - En 1946, André Vrinat ouvre dans le IXe arrondissement de Paris le restaurant Taillevent. Au menu, croque-monsieur, macédoine de thon à la russe, nouilles au gratin… Aujourd’hui, Taillevent, dirigé par le fils du fondateur, occupe un hôtel particulier du VIIIe et a gagné trois étoiles au Michelin.

Pour fêter ces cinquante années de succès gastronomique, Jean-Claude Vrinat et Jacques Tajan organisent une vente de vins, originale à bien des égards. Tout d’abord, la vacation du 2 octobre, si elle comporte de grands crus, tel ce Château Laffitte 1846 "dont les bouchons ont été changés régulièrement par les maîtres de chais" (estimation 40 000 francs), couvrira l’ensemble du vignoble français, Madiran et Côtes-du-Rhône compris. Taillevent ayant gagné sa renommée internationale grâce à la fidélité de la clientèle américaine, la vente offrira également des millésimes provenant de 80 domaines des États-Unis. Pour cette raison, la vente aura lieu en duplex entre la Tour Eiffel et le restaurant La Caravelle de New York. Quant aux bénéfices, ils seront versés aux "American Friends of Blérancourt", pour la restauration du Pavillon historique du Musée national de la coopération franco-américaine.

Aucun "vin baladeur"
Aucun vin ne provient de la cave de Taillevent, mais tous ont été sélectionnés et achetés directement aux propriétaires, pour l’occasion, par Jean-Claude Vrinat. Celui-ci assure qu’ainsi, il n’y aura pas de "vins baladeurs", ces fines bouteilles qui passent et repassent en ventes publiques…

Quelque 3 600 bouteilles, regroupées en 350 lots, devraient être mises aux enchères pour une estimation globale de 1,5 million de francs. Une telle opération, selon Me Tajan, devrait favoriser un retour des ventes publiques de vins en France, trop exportées outre-Manche à son goût.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°27 du 1 juillet 1996, avec le titre suivant : Taillevent : des nouilles au gratin

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque