Sous le feu des enchères

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 2 août 2007

Unique collection, primée en 2005 lors des Trophées du tourisme, le musée privé du Patrimoine du sapeur-pompier, ouvert en 2003 à Beaune, est le fruit d’une vie consacrée à la lutte contre le feu. Presque une sorte de sacerdoce pour son propriétaire, Jean-Claude Picot. Fils du capitaine des pompiers de la ville de Beaune, cet ancien sapeur-pompier bénévole démarre comme carrossier automobile, puis vendeur d’extincteurs, avant de créer sa propre entreprise spécialisée dans le matériel d’incendie.
Une fois à la retraite, il récupère ses anciens locaux industriels pour y entreposer tous les trésors qu’il a accumulés durant sa carrière professionnelle. Il en fait un musée des pompiers. Malheureusement, le collectionneur n’est jamais rentré dans les frais de son musée, dont le contenu est à présent dispersé aux enchères.
Près de cent camions et engins à incendie de 1939 à 1980, tous en bon état et immatriculés, sont à saisir entre 3 000 et 30 000 euros. La section des motopompes comprend une quarantaine de modèles construits entre 1929 et 1970 (est. 5 000 à 10 000 euros). Et plus de 1 000 accessoires dont 650 extincteurs (à partir de 100 euros), lances, échelles de toutes tailles, dévidoirs, appareils respiratoires et de réanimation ainsi que des uniformes (est. 3 000 euros la tenue) sans oublier les casques (1 000 et 2 000 euros), enflammeront les amateurs.

Musée du Patrimoine du sapeur-pompier, collection Jean-Claude Picot, vente le 4 mars, au Palais des congrès de Beaune, 19, avenue Charles-de-Gaulle, Beaune (21), Maison de ventes aux enchères Osenat, tél. 01 64 22 27 62, www.osenat.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°589 du 1 mars 2007, avec le titre suivant : Sous le feu des enchères

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque