Dimanche 25 octobre 2020

BD

Sotheby’s (r)ouvre un chapitre

Par Éléonore Thery · Le Journal des Arts

Le 11 mars 2015 - 581 mots

Trois ans après son coup d’essai manqué, Sotheby’s a réussi son retour dans la bande dessinée, dans un marché en plein essor.

PARIS - Retour gagnant pour Sotheby’s avec sa vente de bande dessinée le 7 mars dernier à Paris. Sa vacation organisée en collaboration avec Bernard Mahé (galerie 9e Art, Paris) et Eric Verhoest (galerie Champaka, Bruxelles) présentait des œuvres de qualité et a obtenu des résultats à la hauteur de ses espérances : 3,8 millions d’euros (1), dans l’estimation, avec pourtant seulement deux tiers des lots vendus. Indétrônable star, Hergé était présent à travers une dizaine d’œuvres originales dont une couverture réalisée pour les 10 ans du Petit Vingtième, cédée 453 000 euros, ou des dessins pour l’album des « Aventures de Tintin » Le Sceptre d’Ottokar, adjugés 327 000 euros. La bande dessinée franco-belge trouvait encore de beaux représentants avec Albert Uderzo ou André Franquin, dont une encre de Chine exécutée pour La Grande Traversée (pour le premier) ou une planche d’un Gaston Lagaffe amoureux (pour le second) ont respectivement été vendues 243 000 euros et 75 000 euros.

À côté d’autres grands noms comme Hugo Pratt ou Enki Bilal, il ne fallait pas manquer le beau volet consacré à la version américaine du 9e art : une encre de Chine du pionnier Winsor McCay pour le mythique Little Nemo (50 000 euros), deux planches de Milton Caniff pour Steve Canyon (32 500 euros) ou un récit complet de The Spirit signé Will Eisner (48 750 euros). Parmi les 23 records mondiaux annoncés, il faut noter ceux de ces deux derniers auteurs, aux côtés de Jacques Martin, de Chris Ware ou de Grzegorz Rosinski, mais également rappeler que beaucoup d’autres n’étaient que très peu passés en ventes publiques, à l’instar de Jordi Lafebre ou de José Homs (respectivement premier et deuxième passage sous le marteau !).

« Première vente internationale »

Sotheby’s se félicite de ces résultats pour cette « première vente internationale », selon les termes de son communiqué, bien qu’elle n’en soit pas à son coup d’essai. En juillet 2012, la maison s’était associée avec Jean-Marc Thévenet, ancien directeur du Festival de la bande dessinée d’Angoulême, et près des deux tiers de la centaine de lots proposés, dont beaucoup surévalués, étaient restés sur le carreau. Si l’Américaine a pris soin de préparer ce deuxième opus, près de trois ans après cette entrée ratée sur le marché, c’est que le secteur et sa cohorte de jeunes enchérisseurs sont en plein développement. Active dans le domaine depuis 2005, Artcurial est le leader européen : elle a réalisé un chiffre d’affaires de 12 millions d’euros en 2014 et détient le record pour une œuvre de BD (signée Hergé). Ce succès, auquel participe également Millon, ne pouvait laisser indifférents les grands auctionneers. Christie’s s’est ainsi lancée avec succès l’an dernier dans la bataille aux côtés du galeriste Daniel Maghen (Paris). Le prochain épisode pour la maison se déroule le 14 mars, avec une vente estimée 6 millions d’euros. Cette quinzaine, au cours de laquelle quelque 10 millions d’euros pourraient être enregistrés, marque une nouvelle étape pour la BD : cataloguée jusqu’à il y a peu dans le domaine de la culture populaire, elle montre qu’elle joue désormais dans la cour des grands. Une consécration qui arrive au moment même où se multiplient les actions des auteurs de BD pour dénoncer leur paupérisation croissante.

Note

(1) Tous les résultats sont indiqués frais compris tandis que les estimations le sont hors frais acheteur.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°431 du 13 mars 2015, avec le titre suivant : Sotheby’s (r)ouvre un chapitre

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque