Mercredi 19 février 2020

Photo

Smith capture les esprits

Par Christine Coste · Le Journal des Arts

Le 18 février 2016 - 403 mots

À la galerie Les Filles du Calvaire, l’artiste aidée de sa caméra thermique poursuit sa réflexion sur le corps.

PARIS - Il est toujours question de métamorphose des corps, de trouble et de désordre des âmes dans le travail de Dorothée Smith. Depuis Agnès (C19H2H2802), mutation d’une identité par la testostérone de synthèse, ses films et installations transdisciplinaires ambitieuses nécessitent un travail de postproduction engageant en amont des équipes, de l’argent et des partenaires. Âgée de 30 ans, cette artiste, sortie en 2010 de l’École nationale supérieure de la photographie à Arles, est soutenue par la galerie Les Filles du Calvaire. La deuxième exposition organisée entre ses murs convoque à nouveau la science, l’art et la philosophie, discipline première de Smith, diplômée d’un doctorat.

De « Spectrographies » (2012-2016) au rez-de-chaussée à TRAUM, projet transdisciplinaire en cours installé à l’étage, les corps réfléchissent ce qui les habite et ce qui les hante aux travers de « thermogrammes », images réalisées à l’aide d’une caméra thermique. Peuplé de fantômes et relatant des histoires d’amour en quête d’absents, le film Spectographies, moyen métrage de 59 minutes, conjugue quant à lui expérimentations (images thermiques) et références littéraires (Breton, Kafka) et philosophiques (Derrida, Maurice Merleau-Ponty). De son côté Traum (jeu de mot entre « rêver » en allemand et le « trauma ») raconte une histoire fictionnelle, celle de Yevgéni, technicien travaillant dans un centre spatial, traumatisé et hanté par l’accident mortel qui a coûté la vie à son ami cosmonaute, Vlad. Un traumatisme à l’origine du délitement de son identité en différents personnages. Installation de sculptures en impression 3D, thermogrammes, photographies, vidéos et pièce sonore forment ici une vaste installation qui donnera lieu à un spectacle de danse et à un film.

Le prix de la vidéo thermique avec son s’établit à 3 200 euros, tarif sur lequel s’aligne la vidéo de Traum. Des prix dans la droite ligne de ce qui se pratique pour le film d’artiste, de manière générale sous-coté. Les thermogrammes coûtant selon le format et le nombre d’exemplaires entre 2 500 et 5 500 euros.

Dorothée Smith

Prix : « Spectographies » : 11 thermogrammes, impression sur aluminium brossé, de 2 500 € à 5 500 € ; film « Spectographies » (2015, 59 min), vidéo, 3 200 € ; « Traum » : 8 thermogrammes (prix identiques à ceux mentionnés ci-dessus) ; 10 photographies de 1 000 € à 2 800 €

Dorothée Smith, spectographies & traum

Jusqu’au 27 février, Galerie Les filles du Calvaire, 17, rue des Filles-du-Calvaire, 75003 Paris, tél. 01 42 74 47 05, www.fillesducalvaire.com, du mardi au samedi, 11h-18h30.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°451 du 19 février 2016, avec le titre suivant : Smith capture les esprits

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque