Ventes publiques

Slave Labour de Banksy, finalement vendu, dépasse le million de dollars

Par Stefan Cornic · lejournaldesarts.fr

Le 5 juin 2013 - 241 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [05.06.13] – Le graffiti de Banksy, Slave Labour, présenté une première fois à Miami avant d’être retiré de la vente en raison des polémiques qu’elle suscitait, a finalement été adjugé plus d’1,1 million de dollars, au cours d’enchères privées à Londres.

Le graffiti de Banksy, Slave Labour, au cœur de nombreuses polémiques et à l’origine de vives protestations de la part des habitants et de certains élus du quartier de Londres d’où il a été prélevé en février 2013, a été vendu le 2 juin dans une vente aux enchères privée plus de 1,1 million de dollars, selon Bloomberg.

Estimé lors de sa présentation à Miami entre 500 000 et 700 000 dollars, le graffiti du street-artist a dépassé le million de dollars, sans que l’on sache toutefois la somme exacte, ni le nom de l’enchérisseur qui l’aurait emporté.

Le marchand d’art Robin Barton, qui représentait les vendeurs (les propriétaires du bâtiment sur lequel avait été réalisé le graffiti), a écrit par email à Scott Reyburn, journaliste de Bloomberg, qu’a l’issue de la vente, trois enchères avaient dépassé les 750 000 livres sterling (environ 1,1 million de dollars), sans donner davantage de précisions.

Sincura Group, la société de services organisatrice de cette vente aux enchères privée, plusieurs fois contactée par téléphone depuis, ne souhaite pas s’exprimer.

Keep it spotless, vendu 1,87 million de dollars chez Sotheby’s en 2008, resterait à ce jour le record pour une œuvre de Banksy.

Légende photo

Bansky, Slave Labour - © Photo DeptfordJon - 2012 - Licence CC BY 2.0

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque