Dimanche 16 décembre 2018

Artcurial

Sirop indien

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 15 décembre 2006 - 545 mots

Un marchand français défend la juste cote de Jeanneret.

 PARIS - Le succès a été au rendez-vous le 27 novembre chez Artcurial pour la vente « Chandigarh Project » consacrée à l’œuvre de l’architecte et designer suisse Pierre Jeanneret (1896-1967) pour la ville de Chandigarh, en Inde (1). Si Le Corbusier a conçu l’ensemble de son plan urbanistique en 1951, son collaborateur et cousin Jeanneret a, durant quinze ans, supervisé les travaux et créé les aménagements intérieurs des bâtiments. Les 50 lots présentés ont trouvé preneur, pour un montant situé en moyenne à 30 % au-dessus des estimations. Les acheteurs ont été à 90 % des particuliers français, américains, anglais et même grecs. Une bibliothèque basse en sisso massif (palissandre indien), estimée 6 000 euros, est partie à 17 265 euros. Une paire de tabourets bas en teck, estimée 4 000 euros, s’est envolée à 23 430 euros et un grand bureau démontable en teck, estimé 12 000 euros, a été emporté à 34 530 euros. Le vendeur de cet ensemble, Éric Touchaleaume, le propriétaire de la Galerie 54, à Paris, tente de juguler les dérives commerciales de certains confrères sur le mobilier de Jeanneret, exposé dans les plus grands salons internationaux à des prix stratosphériques. « Je me sers de la vente publique comme régulateur de marché, indique-t-il. Les salles des ventes touchent un public plus vaste que les galeries. Leur audience est mondiale. Alors, contre la flambée abusive des prix constatés chez certains confrères pour des meubles qui ne sont pas des pièces uniques, j’essaie d’établir une juste cote pour Jeanneret, avec des prix de réserve très raisonnables. » Le marchand parisien est le premier à s’être rendu en Inde il y a un peu plus de dix ans pour acquérir nombre de meubles originaux, réformés et vendus par l’administration de Chandigarh. Avant la vente d’Artcurial, le marchand avait mis une douzaine de pièces de cette provenance aux enchères le 13 juin 2006 à New York chez Christie’s. Une table-bibliothèque éclairante en teck de l’université de Penjab y avait été vendue 90 000 dollars (72 000 euros). Un autre exemplaire présenté à Paris chez Artcurial a été adjugé 92 500 euros. Le même modèle exposé par un antiquaire français à la foire Art Basel Miami Beach en décembre 2005 était proposé pour 280 000 dollars. « Les coups commerciaux sont dangereux pour le marché. Je suis pour une augmentation progressive des prix, défend Éric Touchaleaume. Le bureau Présidence réalisé par Prouvé pour le palais du gouvernement de Niamey (Niger) a été adjugé 192 000 dollars le 9 décembre 2005 à New York chez Sotheby’s. Mais il a fallu vingt ans pour en arriver là. » Le marchand prévoit de vendre une autre partie de son important stock venant de Chandigarh au printemps prochain à New York chez Christie’s. Même si le succès actuel des créations de Prouvé et Perriand a préparé le public à ce type de mobilier d’architecte épuré, il ne faut pas griller les étapes de la reconnaissance de Jeanneret.

(1) La ville pourrait être prochainement inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

CHANDIGARH PROJECT

- Experts : Félix Marcilhac et Fabien Naudan - Résultats : 681 950 euros - Nombre de lots : 50 - Lots vendus : 100 %

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°249 du 15 décembre 2006, avec le titre suivant : Sirop indien

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque