Vendredi 22 janvier 2021

Questions à…

Simone Klein - Directrice du département des photographies, Sotheby’s

Par Marie Zawisza · L'ŒIL

Le 22 octobre 2015 - 158 mots

Qu’est-ce qui fait qu’une photographie de presse pénètre le marché de l’art ?
C’est généralement la conséquence de l’engagement d’une galerie ou d’un musée qui organise une exposition, mais aussi de son caractère historique. Le cliché de la mort d’un jeune républicain pendant la guerre civile espagnole par Robert Capa est sans doute devenu l’un des plus célèbres de l’histoire de la photographie.

Que recherchent les amateurs de photographies de presse ?
Les clichés les plus recherchés sont en général les images iconiques. L’époque et la provenance ont une importance, mais le sujet est primordial. Par ailleurs, il existe pour le photo-reportage deux marchés : celui des tirages d’époque, très rares, qui ont servi pour la presse – un sujet iconique d’Henri Cartier-Bresson peut atteindre les 80 000 euros – et celui des tirages de collection, bien encadrés, dans un format plus grand, avec une fonction plus décorative, dont les prix s’échelonnent généralement entre 500 et 40 000 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°684 du 1 novembre 2015, avec le titre suivant : Simone Klein - Directrice du département des photographies, Sotheby’s

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque