Samedi 24 février 2018

Série Rare

Par Marie Maertens · L'ŒIL

Le 23 janvier 2009

Marie-Luce Podva était la précieuse assistante de son photographe de mari.

Un héritage conséquent lui offrit un jour l’envie de soutenir la création. Nous sommes alors dans les années 1990. Les temps sont durs pour l’art contemporain et elle ne trouve pas l’émulation requise auprès des plasticiens. Alors pourquoi ne pas se tourner vers l’artisanat ; d’autant plus que son mari a toujours eu la verve créatrice ?
Ensemble, ils pensent poignées de porte, boutons, arts de la table et bijoux. L’aventure est passionnante car, de leurs propres aveux, ils n’y connaissent rien, bien qu’ils développent un sens inné du marketing.
En 1994, ils participent au salon Maison & Objet avec une présentation de leurs poignées de porte, dont les exemplaires sont en chiffons trempés dans de la colle, peints à la manière du bronze. Le succès est inattendu, les commandes affluent. Tout est ensuite à apprendre pour le couple. Comment trouver les artisans, les bons fondeurs et développer une collection ?

Plus que des poignées, des œuvres
Au fil des ans, ils ont élevé leur gamme et ne travaillent plus qu’avec d’importants architectes. Les hôtels font appel à eux pour leurs suites ou spa. Car ces poignées, toutes dessinées par Daniel Podva, ont le coût de la noblesse de leur matériau – le bronze – associé à un travail entièrement artisanal. « La touche Série Rare, dit-il, c’est l’alliance entre le brut et le raffiné. Nous aimons les modèles intemporels qui seront toujours à la mode dans 2000 ans, si l’on trouve encore des portes à ce moment-là ! »

Série Rare, rive gauche, 6, rue de l’Odéon, Paris VIe, tél. 01 55 42 92 10, serierare@wanadoo.fr, www.serierare.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°610 du 1 février 2009, avec le titre suivant : Série Rare

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque