Vendredi 17 septembre 2021

Sélection des ventes de la quinzaine (du 30 mars au 12 avril 2012)

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 28 mars 2012 - 913 mots

---------

HENRI MARTIN – COLLECTION PAUL RIFF
VENTE DU 1ER AVRIL, RENNES
RENNES ENCHÈRES

Paul Riff (1858-1929), président de la cour d’appel de Douai et collectionneur discret, aimait le travail du peintre Henri Martin. Les descendants du collectionneur ont apporté une quarantaine de toiles inédites à la commissaire-priseur rennaise Carole Jézéquel. La moitié des œuvres découvertes est datée entre 1892 et 1902, soit la première partie de la carrière du peintre qui est une période rare sur le marché. L’ensemble est représentatif de la diversité de la production de l’artiste, couvrant ses thèmes habituels que sont les paysages et les scènes de la vie rurale. Plus rares sont les sujets religieux, symbolistes et les portraits féminins, représentant ensemble plus de la moitié des œuvres offertes. Les tableaux sont conservés dans leurs cadres d’origine choisis par le peintre et réalisés pour les plus originaux dans un décor Art nouveau par Henri Bellery-Desfontaines, à l’instar de Rêverie automnale (ill. ci-contre) dans son cadre en acajou sculpté à décor d’ombellifères, estimé 120 000 euros. Fascination (est. 35 000 euros) figure une femme captivant le spectateur par son regard envoûtant et son épaisse chevelure sombre, dans un cadre au décor sculpté de pavots. La figure de La Justice ou bien de La Muse (est. 70 000 euros chaque), « rassemblent tout du langage symboliste de l’époque mais sont peintes avec une technique moderne et une touche divisée », souligne l’expert Michel Maket. Henri Martin a peint de nombreux paysages où sa touche impressionniste permet de rendre toutes les nuances de la lumière et des harmonies douces de fin de journée, comme dans La Chevrière (est. 60 000 euros) et Le Pont de Labastide-du-Vert (est. 80 000 euros), sujet récurrent chez l’artiste qui avait acquis une propriété dans le lot.

Expert : Michel Maket
Estimation : 1,5 à 2,1 millions d’euros
Nombre de lots : 45

---------

COLLECTION VICTOR HUGO
VENTE DU 4 AVRIL, PARIS
CHRISTIE’S

Plus de 400 livres, peintures, dessins, estampes, photographies, meubles et autres objets personnels appartenant à la famille Hugo seront dispersés chez Christie’s. Ce sont les souvenirs de Victor Hugo et de ses descendants, Charles, Georges et Jean, soit quatre générations de Hugo. Parmi les quelques lettres personnelles que Victor Hugo avait adressées à ses proches, sera vendue la « Lettre à la fiancée » écrite à Adèle Foucher (sa future épouse) dans les années 1820 (est. 3 000 euros). De nombreux dessins de l’écrivain seront proposés dont Vivez et Mourez, deux œuvres à l’encre de Chine sur planches de bois jointes (est. 100 000 à 150 000 euros la paire) et Souvenir de Belgique, un lavis évoquant un paysage flamand (est. 50 000 euros). Dans les photographies, on trouvera un large choix de portraits de Victor Hugo : assis de face, une main glissée à l’intérieur de sa veste (1862) par Edmont Bacot (est. 1 000 euros) ; les mains croisées accoudé sur une table (1862) par Félix Nadar (est. 3 000 euros) ou encore en buste de face (1872) (ill. ci-contre) par Étienne Carjat (est. 3 000 euros). Mais un émouvant portrait d’Adèle Hugo jeune femme vers 1856 (est. 9 000 euros) par Charles Hugo ou Auguste Vacquerie suscite aussi l’admiration. Parmi les objets les plus singuliers, sera offert un « guéridon parlant » à plateau circulaire en bois laqué noir polychromé, d’époque Napoléon III (est. 1 200 euros), ayant servi à des séances de spiritisme pratiquées notamment par Valentine Hugo, Georges Auric et Raymond Radiguet. Ce guéridon aurait prédit la mort subite de ce dernier. Avis aux amateurs de sensations fortes.

Spécialiste en charge de la vente : Lionel Gosset
Estimation : un million d’euros
Nombre de lots : 415

---------

COLLECTION FLORENCE LOEB SOURCES ET AFFINITÉS
VENTE DU 5 AVRIL, PARIS
SOTHEBY’S

Fille du galeriste Pierre Loeb, Florence Loeb (1929-2011) hérita de son père la passion des cultures lointaines et de certaines affinités électives avec les personnalités artistiques les plus fascinantes de sa génération. Elle fit ainsi la rencontre déterminante d’Antonin Artaud en 1946. Sa collection réunit le plus bel ensemble de livres et de dessins d’Antonin Artaud mais aussi une sélection d’œuvres d’arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques provenant de la collection de son père. La section « Artaud » comprend le célèbre Autoportrait daté du 17 décembre 1946 (ill. ci-contre). Considéré comme le chef-d’œuvre de l’art graphique d’Antonin Artaud et très souvent illustré en couverture des nombreuses monographies et essais consacrés à l’œuvre d’Artaud, il est estimé 500 000 euros minimum. Un portrait de Florence Loeb par Antonin Artaud daté du 4 décembre 1946 (est. 200 000 euros), que la jeune fille rencontre à 16 ans à la galerie de son père, fait partie des rares dessins d’Artaud datés de 1946 (à sa sortie de l’asile de Rodez) encore en mains privées. Seront offerts trois exemplaires du texte d’Artaud, Van Gogh, le suicidé de la société (1947), dédicacés à chacun des membres de la famille Loeb, dont un adressé à Pierre Loeb (est. 8 000 euros). Au chapitre des arts premiers, signalons une rare, ancienne et inédite poupée kachina des indiens Hopis (Arizona) représentant un prêtre-serpent (est. 30 000 euros) ; une tête miniature Fang (Gabon) de 14 cm (est. 20 000 euros) ou encore une rare étoffe en tapa du lac Sentani (Papouasie occidentale), collectée in situ par Jacques Viot en 1929 et en excellent état de conservation (est. 25 000 euros).

Experts : Thomas Bompard (art moderne) ; Marguerite de Sabran (art d’Afrique et d’Océanie) et Adrien Legendre (livres et p manuscrits)
Estimation : 1,7 à 2,4 millions d’euros
Nombre de lots : 88

--------- 

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°366 du 30 mars 2012, avec le titre suivant : Sélection des ventes de la quinzaine (du 30 mars au 12 avril 2012)

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque