Samedi 7 décembre 2019

Sélection des ventes de la quinzaine (du 16 décembre 2011 au 5 janvier 2012)

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 13 décembre 2011 - 941 mots

ORIENTALISME
VENTE DU 18 DÉCEMBRE À L’HOTEL DASSAULT, PARIS
ARTCURIAL


La maison Artcurial joue l’hyper sélectivité avec cette vente d’orientalisme de près de 60 lots. Quatre œuvres de Jacques Majorelle sont en vedette, telle Kasbah de l’Atlas (vers 1939), grande gouache sur papier estimée 280 000 euros (ill. ci-contre). L’œuvre, acquise auprès de l’artiste par le père de l’actuel propriétaire, avait été exposée en 1999-2000 à l’occasion de la rétrospective sur Majorelle au Musée des beaux-arts de Nancy et à l’Institut du monde arabe à Paris. L’huile sur toile Le Souk des soieries, Marrakech (est. 100 000 euros) ; l’œuvre sur papier Le Souk de Marrakech (est. 100 000 euros), provenant de l’ancienne collection du général Chavatte, commandant militaire de la région de Marrakech, et Marché à Bamako (1949), tableau issu de la période en Afrique noire du peintre (est. 120 000 euros), n’ont également jamais été présentées sur le marché. Est aussi très attendu le grand pastel sur papier Les Beautés de Marrakech (vers 1930) (est. 150 000 euros), de Lucien Lévy-Dhurmer, dont les œuvres de la période marocaine sont très rares. Cavaliers marocains et chevaux sauvages (1924), huile sur toile d’Henri Rousseau (est. 80 000 euros) ; Femmes berbères, tableau d’Édy-Legrand (est. 40 000 euros) ; Marocaine à la coupe de fruits, huile sur toile de José Cruz Herrera (est. 35 000 euros), et Les Danseuses de Guedra (1964), huile sur toile signée Jean-Gaston Mantel (est. 30 000 euros), complètent une belle sélection d’œuvres sur le Maroc. Au chapitre des artistes modernes connaissant un engouement notable, sont à surveiller les cotes de Jilali Gharbaoui pour une huile sur toile Composition (1959) (est. 60 000 euros) et de Chaïbia Talal pour la gouache sur papier Le Peintre (1974) (est. 6 000 euros).

Expert : Olivier Berman
Estimation : 1,7 à 2,3 million(s) d’euros
Nombre de lots : 55


ÉROTICA
VENTE DES 18 ET 19 DÉCEMBRE À DROUOT, PARIS
SVV EVE


Cette vaste collection d’objets d’art érotiques a été constituée pendant trente-cinq ans par un amateur français. Deux jours sont nécessaires pour disperser « plus de 900 lots couvrant une dizaine de spécialités différentes », indique Alain Leroy, le commissaire-priseur. Très abondamment illustré, le catalogue de la vente est dès sa parution un best-seller à Drouot. De l’art précolombien et de l’Égypte ancienne jusqu’au début du XXe siècle, de nombreux lots sont très abordables, dans une fourchette d’estimations allant de 50 à 500 euros. Cette vente coquine comprend une belle section photographique incluant une série de daguerréotypes explorant la nudité féminine (est. 1 000 à 16 000 euros) et plusieurs tirages de Pierre Molinier (est. 300 à 2 500 euros pièce). Parmi quelque 80 bronzes de Vienne vers 1900, un joli diable en bronze polychrome (ill. ci-dessus), reproduit en couverture du catalogue, devrait voir son estimation basse de 300 euros s’enflammer. Les boîtes à fond secret en tous genres sont légion, avec une mention spéciale pour un très beau poudrier en or de la fin du XVIIIe-début du XIXe, à double fond dissimulant deux miniatures érotiques (est. 4 000 euros). La collection réunit aussi des livres ; des pommeaux de cannes cachant des scènes osées ; des accessoires autour du tabac dont des pipes aux sculptures évocatrices ; des lithophanies (plaques en biscuit laissant paraître des scènes interdites sous la lumière) et des objets évoquant la vie dans les maisons closes : jetons, peignes de maison, ceintures de chasteté et armes défensives de prostituées telle une dague de défense appelée vulgairement « pique-couilles » (est. 300 euros). Historique, un préservatif en boyau de 21 cm, d’époque Restauration, est accompagné de son ruban de soie rose imprimé d’une scène où une jeune femme exhibe sa nudité à un jeune homme excité, et titré « Soyez complaisant » (est. 600 euros).

Estimation : 600 000 euros
Nombre de lots : 915


VILLA BLOC
VENTE DU 20 DÉCEMBRE, MARSEILLE
SVV LECLERE
 

« Une maison de ventes aux enchères est un lieu d’échanges et de commerce. C’est aussi un lieu de proposition. Se mettre au service des œuvres, les fréquenter, les comprendre, les confronter, c’est aussi ma volonté », défend le commissaire-priseur marseillais Damien Leclere. Pour sa prochaine vacation de design et d’art contemporain, il a demandé à l’architecte Rudy Ricciotti de sélectionner des œuvres pour les mettre en situation à la villa Bloc au Cap d’Antibes (Alpes-Maritimes). Dans cette villa expérimentale d’une grande modernité réalisée par Claude Parent à la fin des années 1950 (usage du béton brut, mur-rideau en verre, escalier rond extérieur détaché de lʼhabitation…), ont été effectuées les prises de vue des lots choisis en vue de l’édition du catalogue de vente, témoignage de cette exposition éphémère in situ. L’Art déco moderne y est représenté par une paire de fauteuils de Robert Mallet-Stevens, provenant de l’aménagement du casino de Saint-Jean-de-Luz, dans les Pyrénées-Atlantiques (est. 8 000 euros). Le mobilier de Pierre Jeanneret pour Chandigarh (Inde) a tout à fait sa place dans cet environnement qui sied également aux créations des années 1970, comme une bibliothèque en bois de Serge Manzon (est. 20 000 euros) et une commode bar en acier brossé et bois de Michel Boyer (est. 10 000 euros), deux pièces uniques. Pour l’art contemporain, ont été notamment retenus une installation de onze tapis Home Home on the Range (1991) par John Knight provenant de la galerie marseillaise de feu Roger Pailhas (est. 15 000 euros) ; INRI (2010), un ensemble unique sculpté composé de quatre clous monumentaux (ill. ci-dessus), par Philippe Perrin (est. 20 000 euros), ou encore Mel Ramos. Le Tapir, une installation de Bernard Bazile qui sera mise à prix 30 000 euros.

Estimation : 500 000 euros
Nombre de lots : 47

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°359 du 16 décembre 2011, avec le titre suivant : Sélection des ventes de la quinzaine (du 16 décembre 2011 au 5 janvier 2012)

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque