Mercredi 20 novembre 2019

Sélection des ventes de la quinzaine (15.04-28.04.2011)

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 12 avril 2011 - 896 mots

COLLECTION PETER STUYVESANT, 2E PARTIE VENTE DU 19 AVRIL, AMSTERDAM SOTHEBY’S

Suite et fin de la vente de la collection Peter Stuyvesant lancée dans les années 1960 par Alexander Orlow, directeur de la Turmac Tobacco Company et inventeur du concept de l’« art dans l’usine ». Afin d’améliorer les conditions de travail, Orlow avait eu l’idée d’exposer des peintures contemporaines dans les usines de cigarettes aux Pays-Bas. Dans un premier temps, il avait invité un certain nombre d’artistes à travailler sur le thème de la « Joie de vivre ». Les employés de l’usine avaient affirmé leur préférence pour l’art abstrait, qui resta la ligne directrice de la collection jusque dans les années 2000. La dispersion d’une première partie de cet ensemble (aujourd’hui propriété de la British American Tobacco aux Pays-Bas) avait connu un franc succès en mars 2010, chez Sotheby’s à Amsterdam.

Pour cette seconde partie, la recette est toujours la même : offertes pour la première fois en ventes publiques, les œuvres sont proposées à des estimations très attractives, en dessous des prix du marché. Toutes sont liées à cette expérience entrepreneuriale unique et historique. Parmi les lots les plus importants, citons Violet, Orange and Reds with Green Disc (1972-1974), peinture monumentale de Patrick Heron, estimée 50 000 euros (ill. ci-dessus). De Jean Degottex, on notera le diptyque Etc. I, Etc. II (1964) et Métasigne Un (1965), estimés respectivement 50 000 et 40 000 euros. Pierre Reverdy - Étude est une peinture de Simon Hantaï offert par l’artiste à la Fondation Peter Stuyvesant en 1969 (est. 40 000 euros). La même année, Luis Tomasello peignait Atmosphère chromoplastique No. 266 (est. 40 000 euros), qui fut achetée trois ans plus tard à la galerie parisienne Denise René. D’autres œuvres sont signées Camille Graeser, Guido Molinari, José Manuel Broto, Achille Perilli ou encore Richard Paul Lohse.

Expert : Bert-Jan Van Egteren
Estimation : 1 million d’euros
Nombre de lots : 194

ÉDITIONS - VENTE DU 21 AVRIL, NEW YORK - PHILLIPS DE PURY & COMPANY

La maison Phillips de Pury organise ici sa première vente du soir de pièces d’édition. À cet effet, elle est allée puiser dans l’art ancien qui n’est pas habituellement son domaine de prédilection, et présente par exemple Madonna with the Pear, gravure d’Albrecht Dürer datée de 1511 et estimée 25 000 dollars (17 600 euros). La période impressionniste est illustrée par une lithographie en couleurs de Pierre Auguste Renoir, Le Chapeau épinglé 2e planche (vers 1898), estimée 50 000 dollars. Cette pièce très recherchée représente la jeune Julie Manet (fille de Berthe Morisot et nièce d’Édouard Manet) coiffée d’un chapeau fleuri. On notera Tête de femme No. 6 : Portrait de Dora Maar (1939-1942), planche en couleurs de Pablo Picasso, à l’aquatinte et à la pointe sèche, tirée à 106 épreuves et estimée 30 000 dollars, ainsi qu’un Grand vase aux danseurs (1950) de l’artiste, numéroté « 21 » sur une série de 25 vases et estimé 200 000 dollars.

Le clou de la vente est un portfolio complet de dix sérigraphies couleurs d’Andy Warhol représentant Mao (1972), édité à 250 exemplaires ( 50 épreuves d’artistes) et estimé 600 000 dollars. Les temps forts incluent également la sérigraphie Disaster Series (1978) de Warhol ; Swim/ROCI USA, from Fire Wax Works Series (1990) de Robert Rauschenberg, numéroté 5/22 et estimé 100 000 dollars, ainsi que Double Poke in the Eye II (1985), néon mural de Bruce Nauman, édité à 40 exemplaires et estimé 200 000 dollars (ill. ci-dessus). Des œuvres de Jackson Pollock, Willem de Kooning, Helen Frankenthaler, Richard Diebenkorn et David Hockney complètent la sélection.

Experts : Kelly Troester et Cary Leibowitz
Estimation : 3,5 à 5 millions de dollars (2,5 et 3,6 millions d’euros)
Nombre de lots : 79

DES IMPRESSIONNISTES AUX CONTEMPORAINS - VENTE DU 24 AVRIL À L’HÔTEL MARTINEZ, CANNES - SVV BESCH CANNES AUCTION

À l’occasion de sa prochaine vente de prestige, le commissaire-priseur cannois Jean-Pierre Besch met l’accent sur un éventail d’œuvres d’art moderne et contemporain issues de collections privées. Le catalogue comprend une huile sur toile signée Auguste Herbin, Paysage à Créteil (1909) (ill. ci-contre), achetée à la galerie parisienne Simone Heller et estimée 30 000 euros ; un dessin à la plume par Henri Matisse représentant un Portrait de femme, mai 1947, resté dans la même famille depuis son acquisition à Londres chez Sotheby’s en 1971 et estimé 40 000 euros, ainsi qu’un dessin au crayon de Pablo Picasso, Les Déjeuners IV (22 août 1961), exposé à la galerie bâloise Beyeler en 1967 avant d’entrer dans une collection française et estimé 60 000 euros. Signalons trois œuvres inédites d’André Lhote provenant de la famille de l’artiste dont Porte d’Autun (1960), huile sur toile estimée 25 000 euros. Sont aussi présentés Soleil couchant à Veules-les-Roses, tableau de Theodore Earl Butler (est. 30 000 euros), proche d’une toile du peintre conservée au Musée de Vernon (Normandie) ; Le Tournesol, étude (1951), dessin à la gouache et encre de Chine au monogramme « Fernand Léger » (est. 15 000 euros) ; La Tour Eiffel, acrylique sur papier marouflé sur toile signée Antonio Seguí (est. 18 000 euros) ; Fragments 01/Regard (1996), grande composition de Peter Klasen (est. 18 000 euros), et L’Admirateur de fleurs (2008), tableau monumental de Robert Combas qui fut exposé à la Fondation Vincent-Van Gogh d’Arles en 2008 (est. 20 000 euros).

Estimation : 1,5 à 2 million(s) d’euros
Nombre de lots : 300

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°345 du 15 avril 2011, avec le titre suivant : Sélection des ventes de la quinzaine (15.04-28.04.2011)

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque