Samedi 28 novembre 2020

Scandale au Luxembourg

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 6 octobre 2006 - 223 mots

LUXEMBOURG - Annoncée en grande pompe pour le 19 décembre à Paris chez Sotheby’s, la vente de bijoux, pièces d’orfèvrerie et objets d’art provenant de la succession de Son Altesse royale la grande-duchesse Joséphine-Charlotte de Luxembourg (estimation globale : 1 million d’euros), n’aura pas lieu.

Elle a été annulée par proclamation du drand-duc, après que ses sujets lui aient fait part de leur désarroi face à la dispersion d’un tel patrimoine et qu’ils lui aient demandé des éclaircissements sur la situation budgétaire du pays. Dans une lettre adressée à ses « Chers concitoyens, le grand-duc explique qu’il a voulu veiller à ce que [ses] frères et sœurs puissent jouir de façon juste et équitable de l’héritage personnel de leurs parents. C’est dans ce contexte que [son] père, [ses] frères et sœurs et [lui-même] ont projeté la vente de certains bijoux ayant appartenu à [sa] chère mère, la grande-duchesse Joséphine-Charlotte. » Et d’ajouter : « Je me rends compte que j’ai sous-estimé la forte valeur symbolique attachée à ces biens et l’émotion que ces initiatives pouvaient susciter. Quoique relevant de la sphère privée, je réalise qu’elles ont déçu nombre de ceux dont le soutien à notre famille et l’attachement à la Couronne n’ont jamais fait défaut. » Le grand-duc espère qu’avec l’annulation de la vente « le pays retrouvera un climat plus serein. »

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°244 du 6 octobre 2006, avec le titre suivant : Scandale au Luxembourg

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque