Mercredi 12 décembre 2018

Saint-Germain buissonnier

Troisième édition d’une manifestation qui s’affirme

Le Journal des Arts

Le 11 mai 2001 - 392 mots

Une centaine de galeries ouvriront leurs portes au public pour la troisième édition d’Art Saint-Germain-des-Prés qui se tiendra du 17 au 20 mai au cœur de ce quartier historique. L’occasion, en musardant, de rendre visite à quelques grands marchands comme Claude Bernard, Patrice Trigano ou Jacques Barrère et à d’autres, plus récemment établis.

PARIS - En 1999, sept directeurs de galeries décident de fédérer leurs efforts autour d’une volonté conjointe d’animer le quartier, et proposent à leurs confrères des nocturnes et une ouverture le dimanche. Dans cet objectif, ces mêmes responsables ont créé une association afin de renforcer leurs projets, et ont su attirer subventions et partenariats pour les mener à bien.

“Une sorte de creuset de l’art”
Depuis sa première édition, cette manifestation accueille un nombre croissant d’adhérents et voit son taux de fréquentation augmenter, signe d’un réel succès. “Il s’agit de remédier à l’individualisation des galeries en créant une sorte de foire en plein air, explique Michèle Berthet-Aittouarès, vice-présidente de l’association. Nous voulons rendre ce quartier vivant, attiser la curiosité du public et établir un véritable échange entre collectionneurs, amateurs et galeristes.” Parmi les œuvres retenues pour l’occasion, l’amateur pourra découvrir les nus et natures mortes de l’artiste américain William Bailey (galerie Claude Bernard), le mobilier de Jean Prouvé (galerie Down Town), ou les dernières acquisitions de la galerie Meyer Oceanic Art, spécialisée dans l’art océanien. Profitant de l’événement, la galerie Berthet-Aittouarès rend un hommage à Elvire Jan et la galerie Lucie Weill & Seligmann expose les œuvres sur papier de Jean-Pierre Ruel, dont les huiles sur toile sont accrochées à la galerie Aittouarès. La jeune galerie Kamel Mennour a sélectionné une collection de portraits de Pablo Picasso réalisés par Man Ray, Robert Doisneau et Paul Louis, et la galerie Lefor-Openo, située en face, les énigmatiques peintures de Giai-Miniet. La galerie Grewal Mohanjet consacre pour sa part une exposition à l’érotisme dans la peinture indienne contemporaine.

Art Saint-Germain-des-Prés se démarque nettement du Carré Rive Gauche “plus axé sur le mobilier et sur l’antiquité, affichant au niveau des œuvres présentées une certaine unité. Notre manifestation, plus éclectique que le Carré, vise à présenter une sorte de creuset de l’art”, conclut Michèle Berthet-Aittouarès.

- ART SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS, du 17 au 20 mai. Nocturne le 17 à partir de 18h, le 18 et 19 de 11h à 19 h et le 20 de14h à 19h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°127 du 11 mai 2001, avec le titre suivant : Saint-Germain buissonnier

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque