New York

Retour vers le futur

Des résultats encourageants indiquent une possible reprise du marché de l’art

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 25 novembre 2009

Beaux résultats pour l’art moderne et contemporain en novembre à Manhattan chez Christie’s et Sotheby’s

NEW YORK - Les ventes d’art impressionniste et moderne de novembre à New York, tout comme celles d’art d’après guerre et contemporain, ont montré des forts signes de reprise dans un marché revigoré par le retour en force des acheteurs russes, asiatiques et américains, tandis que les collectionneurs européens étaient grandement aidés par un taux de change du dollar très bas. Cette vitalité a davantage profité à Sotheby’s, qui a engrangé 316 millions de dollars (212 millions d’euros) pour ses deux ventes du soir, contre 140 millions de dollars pour Christie’s dans les mêmes spécialités.
    Alors que les propriétaires d’œuvres d’art sont encore frileux à l’idée de vendre, certains sont contraints de lâcher prise, vu l’état de leurs finances. Mieux fournie en « ventes forcées » que sa concurrente, Sotheby’s a été largement récompensée, en usant d’estimations attractives. Estimé 8 à 12 millions de dollars, L’Homme qui chavire (1950), bronze d’Alberto Giacometti fondu en 1951, a obtenu une enchère de 19,3 millions de dollars. Celle-ci fut suivie de deux records, pour André Derain avec un vibrant tableau fauve intitulé Barques au port de Collioure (vers 1905), parti à 14 millions de dollars, le double de son estimation, et pour Kees Van Dongen et son Jeune Arabe (1910), une toile envolé à 13,8 millions de dollars, contre une estimation haute de 10 millions de dollars. La section impressionniste comprenait sept toiles en parfait état de Pierre Auguste Renoir, Camille Pissarro et Alfred Sisley provenant de la collection Durand-Ruel (1831-1922). Estimées 9 à 12,6 millions de dollars, elles ont totalisé 18,9 millions de dollars, avec, en tête, Le Pont Boieldieu et la gare d’Orléans, Rouen, Soleil (1898) de Pissarro, adjugée 7 millions de dollars contre une estimation haute de 3 millions de dollars. « Six de ces œuvres avaient été acquises directement auprès des artistes et elles avaient été conservées dans la famille depuis leur acquisition », indique l’expert parisien Samuel Valette, à l’origine de leur découverte. « Les résultats montrent l’évolution du goût. La modernité du sujet de Pissarro, que l’on aurait trouvé pas assez bucolique il y a quelques années, a prévalu à sa date d’exécution tardive. »

Records battus
Chez Christie’s, 12 lots ont été ravalés, parmi lesquels Tête de femme (1943) par Pablo Picasso et Composition II, With Red (1926) par Piet Mondrian, estimés 7 et 4,5 millions de dollars, soit trop chers. Mais un pastel sur papier d’Edgar Degas figurant des Danseuses (vers 1896) a été acheté par un particulier asiatique pour 10,7 millions de dollars, à son estimation haute, et une fonte de 1887-1901 du Baiser, moyen modèle dit « Taille de la Porte » (1880-1881), d’Auguste Rodin, a été emporté à 6,3 millions de dollars, trois fois son estimation haute.
    Une semaine plus tard, en art contemporain, la vente de Christie’s a correctement marché, dominée par une peinture majeure de Peter Doig, Reflection (What Does Your Soul Look Like) (1996), partie à 10,1 millions de dollars, le double de son estimation. Sotheby’s a renouvelé l’exploit avec un chiffre d’affaires de 134,4 millions d’euros, dépassant d’un tiers les prévisions les plus optimistes. 200 One Dollar Bills (1962), tableau historique d’Andy Warhol estimé 8 à 12 millions de dollars, est monté à 43,7 millions de dollars. Des records ont été enregistrés pour Alice Neel, Juan Muñoz, Germaine Richier et même Jean Dubuffet, avec Trinité-Champs-Élysées (1961) adjugé 6,1 millions de dollars, alors que ce tableau avait déjà été vendu 5,1 millions de dollars, le 10 mai 2006 à New York chez Sotheby’s.

CHRISTIE’S

ART IMPRESSIONNISTE ET MODERNE (3 nov.)
Estimation : 68 à 95 millions de dollars (46 à 64 millions d’euros)
Résultats : 65,6 millions de dollars (45 millions d’euros)
Nombre de lots vendus/invendus : 28/12
Lots vendus : 70 %
En valeur : 71 %
ART D’APRÈS GUERRE ET CONTEMPORAIN (10 nov.)
Estimation : 67 à 94 millions de dollars
Résultats : 74,1 millions de dollars
Nombre de lots vendus/invendus : 39/7
Lots vendus : 85 %
En valeur : 82 %

SOTHEBY’S

ART IMPRESSIONNISTE ET MODERNE (4 nov.)
Estimation : 115 à 163 millions de dollars (78 à 111 millions d’euros)
Résultats : 181,7 millions de dollars (123,6 millions d’euros)
Nombre de lots vendus/invendus : 56/10
Lots vendus : 85 %
En valeur : 93 %
ART D’APRÈS GUERRE ET CONTEMPORAIN (11 nov.)
Estimation : 69 à 99 millions de dollars
Résultats : 134,4 millions de dollars
Nombre de lots vendus/invendus : 52/2
Lots vendus : 96 %
En valeur : 98 %

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°314 du 27 novembre 2009, avec le titre suivant : Retour vers le futur

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque