Programme princier à Monaco

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 30 juin 2000

Bijoux, œuvres modernes et contemporaines figurent au programme des ventes estivales organisées à Monte-Carlo par l’étude Tajan. Les 1er, 2 et 3 août, l’expert Chantal Beauvois présentera six cents bijoux dont une dizaine de pièces signées César comme une compression d’or et de diamants avec émeraude de Colombie. Le 2 août se tiendra une vente d’art moderne et contemporain incluant des œuvres de Pissarro, Picasso, Valtat, Ernst et Arman.

MONTE-CARLO - Comme chaque année depuis 1990, Jacques et François Tajan organisent une importante vente de bijoux, à l’Hôtel Métropole Palace de Monte-Carlo, les 1er, 2 et 3 août. Les acheteurs, venus des États-Unis, de France ou d’Italie, pourront y découvrir six cents pièces parmi lesquelles un ensemble de 17 bijoux signés César, provenant d’une collection particulière, acquise dans les années soixante-dix. Suivant son célèbre procédé, l’artiste a réalisé des compressions rectangulaires, carrées ou rondes à partir de chaînes de cou ou de bagues fondues. Certaines sont ornées de pierres précieuses de couleur, ou de diamants telle la compression d’or et de diamants avec émeraude de Colombie (200-250 000 francs) ou la compression avec diamants et rubis taillés en cœur (200 000 francs). Le pendentif serti de diamants et d’un saphir de 70 carats (250-300 000 francs), qui a demandé deux ans de travail, est une des œuvres les plus précieuses de César. Autre modèle original : L’Œil talisman, pendentif en fils d’or mêlés orné d’un œil de momie égyptienne, (200-250 000 francs). Parmi les autres pièces majeures figurent une bague Cartier en platine ornée d’un saphir birman de taille coussin (19,29 carats) dans une monture sertie de diamants baguettes, datant des années trente (un millions de francs) et deux bracelets Boucheron, l’un en platine serti d’une ligne articulée de diamants baguettes entre deux lignes de diamants ronds (350-450 000 francs), l’autre de type Art déco dans le goût des Indes, en or gris et pavé de diamants, orné de feuilles d’émeraudes gravées dans un motif de boteh en onyx dessinant une frise de feuilles (300-400 000 francs). À noter aussi une bague Chaumet en platine et or jaune accompagnée d’une émeraude taillée à pans (7,56 carats) dans un entourage de diamants ronds, poires et navettes (150-180 000 francs) et une broche Lacloche en platine ajouré, sertie de rubis, saphirs, émeraudes et émail noir. D’autres grands noms de la joaillerie, comme Buccellati, Van Cleef & Arpels, Mauboussin, Poiray, Bulgari, Tabbah, IWC, O.J Perrin ou Vacheron Constantin, sont associés à l’événement. L’année dernière, le produit de la vente des bijoux du mois d’août était de  15 millions de francs. Les créations de César, accompagnant les différents modèles, devraient permettre de réaliser un résultat similaire.

Frank Baille et Marie-Aline Prat prendront le relais le 2 août. Parmi les 80 œuvres modernes présentées figurent quelques pièces importantes dont un paysage sous la neige de Camille Pissarro (2-3 millions de francs) et une toile fauve de Louis Valtat de 1909 (450-600 000 francs) présentant des similitudes avec les tableaux de Vlaminck peints à Chatou, une huile fauve de Charles Camoin (100-150 000 francs) et une vue de la Ciotat par Émile Othon Friesz. Quelques sculptures figurent au programme dont un bronze de Bourdelle (120-150 000 francs, fonte Hébrard tirée à dix exemplaires), un violon brisé d’Arman (500-700 000 francs) et une grande plaque en bronze de César (500-700 000 francs). À noter aussi deux belles œuvres de Max Ernst, une nature morte de 1925 (100-150 000 francs) et un pastel de 1974 figurant des oiseaux (200 000 francs).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°108 du 30 juin 2000, avec le titre suivant : Programme princier à Monaco

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque