Dimanche 18 février 2018

Spécialité

Points de vue

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 9 août 2007

Christie’s s’aventure sur le marché de la peinture régionale française,qui fait les beaux jours des maisons de province.

PARIS - Les peintres de paysages de la fin du XIXe siècle et les petits maîtres qui ont représenté la France et ses belles régions, de Rouen à Marseille, en passant par Barbizon, constituent le gagne-pain des sociétés de ventes de Province. Ces tableaux ont la cote auprès d’une clientèle locale. D’expérience, ils se vendent même mieux sur place. Pourtant, Christie’s va organiser sa première vente parisienne de « Vues de France » le 7 novembre, laquelle pourrait bien faire grincer les dents de SVV installées en régions. Car certains gros prix réalisés à Paris montrent les limites du charme des salles de ventes locales. Le 24 mai 2006 chez Christie’s, quatre toiles du peintre provençal Paul Guigou ont totalisé entre 43 200 et 108 000 euros, soit deux à cinq fois leur estimation. Record mondial pour l’artiste, une Vue du vieux port à Marseille (1894) par Joseph Garibaldi est devenue le lot vedette de la vente de tableaux XIXe du 19 juin chez Sotheby’s à Paris. Estimé 50 000 euros, le tableau a été adjugé 208 000 euros.
Partie de rien, pas même d’une petite collection, Francine Wolterbeek, l’initiatrice de la vente Christie’s, a réuni un peu plus de cent lots de peintures et aquarelles illustrant la France, estimés entre 500 et 30 000 euros, qu’elle a regroupés par catégories régionales : Paris, la Normandie, la Bretagne et la Côte atlantique, l’Île-de-France, l’Est, du Nord au Sud et le Midi. La section du Midi est la plus attrayante. L’huile sur toile Bateau quittant le port de Marseille de David Dellepiane, peinte à la manière pointilliste de Seurat et de Signac, estimée 15 000 euros, issue d’une collection marseillaise, illustre la couverture du catalogue. Une vue du Port de Marseille et une Vue de l’île Rousse, Corse par Garibaldi, estimées 20 000 et 30 000 euros, ainsi qu’une vue de bord de mer, Rochers d’Endoume, Marseille par Jean-Baptiste Olive, estimée 20 000 euros, sont les atouts de la vente. L’expert parisien Franck Baille, associé avec le commissaire-priseur parisien Marie-Françoise Robert, vend ce genre de peinture deux fois l’an aux Baux-de-Provence. Il commente : « La classification de Christie’s est très parisienne. Elle ne tient pas toujours compte du double intérêt des acheteurs pour les paysages identifiés de leurs régions par des artistes nés au pays ». Ainsi, si les deux vues panoramiques de Toulon par le Parisien Garneray, estimées 2 000 euros la paire, pourraient pour leur intérêt topographique plaire au Musée de Toulon, d’autres lots n’auraient pas les critères requis pour susciter l’achat, à l’exemple de La Baie de Menton, aquarelle estimée 800 euros et réalisée par l’Anglais Manners, ou d’une Ferme à Quiberville (Normandie), une huile sur panneau estimée 1 500 euros et signée du Marseillais Allègre.

VUES DE FRANCE, TABLEAUX ET AQUARELLES TOPOGRAPHIQUES

Vente le 7 novembre à Paris, Christie’s, 9, avenue Matignon, 75008 Paris, tél. 01 40 76 85 85, expositions publiques : les 3, 4 et 6 novembre 10h-18h, www.christies.com

Vues de France

- Spécialiste : Francine Wolterbeek - Estimation : 550 000 euros - Nombre de lots : 116

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°246 du 3 novembre 2006, avec le titre suivant : Points de vue

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque