Pleins feux sur la Chine

À Paris, Londres, New York et Shanghai

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 novembre 1996

De la Cité interdite, à Paris, aux découvertes archéologiques récentes, à Londres, en passant par l’ouverture du nouveau Musée de Shanghai et le succès prodigieux remporté à New York par une vente de mobilier chinois, la Chine est au cœur de l’actualité. Le Journal des Arts revient sur tous ces événements qui accompagnent le retour en force de ce pays sur la scène artistique internationale, après plusieurs décennies d’absence.

PARIS. La Chine "nouvelle" s’impose, y compris dans le paysage artistique mondial. Alors que Shanghai inaugure son nouveau musée des beaux-arts avec une exposition de la collection de la baronne Thyssen, la capitale chinoise a de son côté prêté plus de cent cinquante pièces pour l’exposition "La Cité interdite. Vie publique et privée des empereurs de Chine", qui ouvre ses portes au Petit Palais. Si Paris s’intéresse aux derniers empereurs, Londres se focalise sur les premières dynasties. Le British Museum accueille en effet l’exposition "Mystères de la Chine ancienne. Découvertes récentes sur les premières dynasties", qui comprend des œuvres rarissimes prêtées par toute une série de musées et d’instituts archéologiques chinois. À New York enfin, le mobilier Ming triomphe au cours d’une vente organisée par Christie’s.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°30 du 1 novembre 1996, avec le titre suivant : Pleins feux sur la Chine

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque