Pinault et répudie Sésostris III

Un complément d’expertise a été requis

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 17 mars 2000

Doutant toujours de la datation du Sésostris III qu’il a acheté en novembre 1998 à Drouot, François Pinault pourrait demander l’annulation de la vente. Un complément d’expertise a néanmoins été requis.

PARIS - Malgré un rapport d’expertise rédigé par deux sommités de l’égyptologie, Christiane Desroches-Noblecourt et Elisabeth Delange, authentifiant la statue égyptienne Sésostris III achetée par François Pinault à Drouot en 1998, le mystère de la sculpture n’est pas totalement éclairci. La pièce représente-t-elle ce pharaon du Moyen Empire (XIIe dynastie) qui a régné de 1878 à1843 avant J.-C. ,comme il est indiqué dans le catalogue de vente ? À quelle date celle-ci a-t-elle été exécutée ? La mission des deux conservateurs du Louvre était de répondre à cette double interrogation. D’après leur analyse stylistique très poussée, la représentation de Sésostris III, identifié par son nom de couronnement Kha-Kaou-Rê gravé sur le cartouche, diffère des autres images connues du pharaon sur plusieurs points. Au niveau du visage, qualifié de “surprenant, voire déroutant”, les yeux “s’inscrivent en contradiction avec le traité classique de l’œil des statues de Sésostris III”, la mâchoire, généralement “carrée et lourde”, est “de forme triangulaire, souligné par un menton saillant, petit”. Les proportions des jambes sont “légèrement trop courtes par rapport à celles du buste”. D’autres éléments, comme l’attitude de la main droite et la position du mouchoir, la queue d’apparat sculptée entre les jambes, la largesse du siège royal, sont plus “caractéristiques de la XIIIe dynastie”. Pour expliquer ces écarts de style, les experts concluent : “En aucun cas cette statue ne remonte au règne de Sésostris III. Nous serions en présence d’une statue posthume du roi, exécutée loin de son modèle”, probablement à la “fin du Moyen Empire, entre les règnes d’Amenehat III et Sébekhotep IV environ (entre 1850 et 1720 av. J.-C.)”. L’œuvre serait “la seule image commémorative connue à ce jour” du pharaon, et donc “un témoignage historique de grande valeur”.

Vers une annulation de la vente
L’acquéreur, François Pinault, non convaincu par cette théorie du culte des ancêtres, n’a toujours pas réglé son achat et réclame plus d’éléments sur la datation. Sur sa demande, un laboratoire va procéder à un examen scientifique de la sculpture, une étude de la patine, des traces de fabrication et d’utilisation laissées par les outils, et à une analyse d’éventuels restes organiques et minéraux incrustés dans les micro-dépressions à la surface de la pierre. Pour Chakib Slitine, l’expert de la vente, “c’est une expertise inutile car la statue a probablement été repolie”.

De son côté, l’égyptologue allemand Dietrich Wildung, conservateur du Musée des antiquités égyptiennes de Berlin, qui avait contesté l’authenticité de la statue avant sa vente (lire les JdA n° 86 et 88 des 2 juillet et 10 septembre 1999, n° 100, 3 mars), poursuit sa thèse et, dans une lettre du 28 février, propose à François Pinault l’organisation d’un colloque réunissant des spécialistes pour débattre de la question, ainsi qu’une confrontation de la sculpture avec 20 portraits royaux de la deuxième moitié de la XIIe dynastie qui seront montrés lors d’une exposition en Allemagne *, ce que l’homme d’affaires a accepté. Chercherait-il à s’en défaire ? “Mon client n’en veut pas. Même si la pièce est antique, ce n’est pas une représentation de Sésostris III exécutée de son vivant. La désignation n’est donc pas conforme au catalogue”, rapporte Me Jean-Luc Gaüzère qui, pour demander l’annulation de la vente, est déjà satisfait des premières conclusions des experts du Louvre.

- “L’Égypte 2000 av. J.-C. La naissance de l’individu dans l’Égypte ancienne�?, 10-21 mai, La Résidence, Würzburg ; 8 juin-7 novembre, Kunstforum, Berlin.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°101 du 17 mars 2000, avec le titre suivant : Pinault et répudie Sésostris III

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque