Mercredi 17 octobre 2018

Art contemporain

Paris tisse sa toile

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 21 mai 2008 - 727 mots

Christie’s et Sotheby’s tirent le marché de l’art contemporain à Paris vers le haut.

PARIS - Sotheby’s France poursuit l’intégration d’œuvres internationales dans ses vacations parisiennes de prestige d’art contemporain. Au lieu de faire pâle figure dans les grandes ventes de New York ou de Londres, une sélection de pièces sont mises en exergue à Paris. « La qualité est montée d’un cran. Le succès de la vente, qui est plus homogène, ne repose pas que sur un seul lot », souligne l’expert Grégoire Billault.
Lors de la session du 26 mai à Paris, sont à l’honneur deux tableaux de Francis Bacon et Robert Rauschenberg (lire p. 3), provenant de France, et deux toiles par Joan Mitchell et Jean-Michel Basquiat, issues de collections américaines. Ces quatre œuvres sont inédites sur le marché. Estimé prudemment 2 à 3 millions d’euros, le Pope (1957-1959) de Bacon remonte à sa période de Tanger, reniée par l’artiste et aujourd’hui réhabilitée par le Comité Francis Bacon, soit une opportunité  d’acquérir l’un des sujets phares de la carrière du peintre. Exécutée en 1970-1971, La Ligne de la rupture, grande toile abstraite de Mitchell, est attendue entre 2,2 et 3,2 millions d’euros. Estimée 500 000 à 700 000 euros, Parliament, de Robert Rauschenberg, œuvre monumentale, renvoie à sa série « Borealis » consacrée à l’étude du phénomène lumineux (1989-1992). Peint en 1983 et estimé 700 000 à 900 000 euros, le tableau de Basquiat pourrait être un autoportrait de l’artiste. À côté de ces stars internationales, la vacation comprend plusieurs vedettes européennes. Ainsi de Georges Mathieu, dont L’Abduction d’Henri IV par l’archevêque Anno de Cologne (1958), grande toile provenant d’une collection genevoise, est estimée audacieusement 700 000 euros à 1 million d’euros. Le record pour Mathieu a été atteint le 11 décembre 2007 à Paris chez Christie’s, sur une enchère de 336 250 euros pour une peinture de la même période. Notons aussi quatre œuvres provenant de la collection du président Georges Pompidou et de son épouse, dont il ne faut pas négliger l’effet pedigree : SE 87, éponge bleue d’Yves Klein montée sur métal, estimée 60 000 euros ; Kunsthalle Berne Packed (1968), collage de Christo estimé 30 000 euros ; T1964-E20, acrylique sur toile de Hans Hartung estimée 180 000 euros, et Syrinx (1970), de Georges Mathieu, estimée 35 000 euros, toutes acquises directement auprès des artistes.
Chez Christie’s, la star est l’araignée Spider de Louise Bourgeois, en écho à l’exposition consacrée à l’artiste par le Centre Pompidou (lire le JdA no279, 11 avril 2008, p. 11) . Estimée autour de 2 millions d’euros, cette pièce unique réalisée en 2003 a été exposée chez Christie’s à New York avant sa vente à Paris, tout comme Deviseurs au journal (1961), huile sur toile de Jean Dubuffet estimée 600 000 euros, dont le propriétaire de San Francisco a bénéficié de la couverture du catalogue parisien de la vente du soir. Estimé 500 000 euros, Tenkosei Kaosho (1962), du Japonais Kazuo Shiraga, décédé cette année, est offert pour la première fois au marché. Estimée 200 000 euros, Fontaine III (1963), machine de Jean Tinguely, se présente comme une pièce historique souvent exposée, issue d’une importante collection européenne. Trois œuvres provenant de la succession Raymond Hains sont à saisir, soit deux lots d’affiches lacérées sur tôle de 1961-1961, estimés chacun 100 000 à 180 000 euros, et Palissade du chantier de Beaubourg (1976), estimée 70 000 euros. Enfin, estimé 800 000 euros, Tableau new-yorkais (1965), de Martial Raysse, jamais passé en vente publique depuis trente ans, pourrait bien faire sensation. Comme le rappelle l’expert Jean-Olivier Després : « Ce tableau, découpé en plans, illustre une sorte d’autoportrait de l’artiste entouré des figures influentes de la scène artistique new-yorkaise : Andy Warhol, le critique Henry Geldzahler, Arman, William Copley et Robert Rauschenberg.

ART CONTEMPORAIN, VENTE DU SOIR, vente le 26 mai à 19 heures à la galerie Charpentier, Sotheby’s, 76, rue du Faubourg-Saint-Honoré, 75008 Paris, tél. 01 53 05 53 05 ; expositions publiques : le 22 mai 14h-18h, les 23 et 24 mai 10h-18h et le 26 mai 10h-14h, www.sothebys.com

ART CONTEMPORAIN, VENTE DU SOIR, vente le 27 mai à 19 heures, Christie’s, 9, av. Matignon, 75008 Paris, tél. 01 42 46 35 74 ; expositions publiques : le 24 mai 10h-18h, le 25 mai 14h-18h, le 26 mai 10h-18h et le 27 mai 10h-14h, www.christies.com.

SOTHEBY’S
- Expert : Grégoire Billault
- Estimation : 11 à 15,5 millions d’euros
- Nombre de lots : 42

CHRISTIE’S
- Experts : Alexandre Carel et Jean-Olivier Després
- Estimation : 10 à 13,5 millions d’euros
- Nombre de lots : 49

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°282 du 23 mai 2008, avec le titre suivant : Paris tisse sa toile

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque