Vendredi 13 décembre 2019

Galerie

ARTS PREMIERS

Parcours des mondes, « c’est encore mieux »

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 18 septembre 2019 - 556 mots

La manifestation parisienne a de nouveau conquis le public, venu nombreux. La majorité des pièces les plus importantes ont trouvé preneur dès l’ouverture.

Paris. Le Parcours des mondes qui s’est tenu du 10 au 15 septembre dans le quartier Saint-Germain à Paris a une nouvelle fois rencontré le succès. Le soir du vernissage, il n’était pas aisé de se déplacer d’une galerie à l’autre, tant les rues concernées étaient encombrées. Beaucoup d’Américains (particuliers et musées) étaient présents, mais aussi des Italiens, des Suisses, et bien sûr des Français. « Cela fait quinze ans qu’on me dit : c’est encore mieux que l’année dernière ! Toutes les plus belles pièces ont été vendues ! », se réjouit Pierre Moos, aux commandes de l’événement. Et d’ajouter : « Si 90 % des marchands reviennent, c’est un signe très révélateur. » En effet, certains y réalisent 75 % de leur chiffre d’affaires, ils auraient donc tort de s’en priver. Ils gardent pour l’événement leurs plus belles pièces car ils savent qu’ils rencontreront ici le public adéquat.

Plusieurs exposants avaient fait de gros efforts pour monter une exposition à thème. Et ils ont été récompensés. Julien Flak a rencontré un franc succès avec son exposition consacrée à la Nouvelle-Irlande. « C’est une belle reconnaissance des collectionneurs. » Le marchand a vendu ses plus beaux objets, tel un masque Tatanua, à l’ouverture, puis d’autres pièces par la suite. Guilhem Montagut (Barcelone) a également frappé fort avec son exposition « Hogon » sur la grande statuaire Dogon (Mali), dont la moitié des pièces ont trouvé preneur. Une grande statue du XIVe-XVe siècle intéressait un collectionneur lyonnais (entre 500 000 € et 1 M€), tandis que le marchand présentait l’une des pièces les plus anciennes et importantes du Parcours, une statue d’ancêtre Soninké, XIIIe siècle, ayant appartenu à Charles Ratton dans les années 1960 avant d’entrer dans les collections du Musée Dapper (la pièce était proposée au-delà du million d’euros, [voir ill.]).

Accompagnée d’un beau catalogue de photos en noir et blanc, l’exposition axée sur les Baoulé de Lucas Ratton a fait sensation. « Cela a représenté quatre ans de travail. Les gens ont senti que nous avions fait des efforts. Les principales pièces se sont vendues tout de suite »,à l’instar d’un couple de sculptures provenant là encore de Charles Ratton (autour de 200 000 €). La galerie Mingei, dirigée par Philippe Boudin et spécialisée dans l’art du Japon, a également fait un carton avec sa confrontation de vanneries anciennes et contemporaines, de plus en plus recherchées. Le marchand a notamment vendu Funagata hanakago, une pièce de Tanabe Chikuunsai IV (né en 1973) composée de bambou et d’anciennes flèches de samouraï. À la galerie Alain Bovis, l’exposition « Éloge de la folie » a fait mouche, avec son « kit » de chasseur de têtes Naga (Birmanie/Inde). Parmi les ventes notables figure un épi de faîtage monumental en fougère arborescente, Big Nambas, Malakula, Vanuatu, qui coiffait la maison des hommes de chaque clan du village.

Seul bémol, les pièces très importantes sont souvent inaccessibles aux visiteurs, elles sont présentées dans l’arrière-boutique. « Les marchands les cachent car, comme ils se battent tous pour avoir les mêmes, ils ne veulent pas que leurs confrères voient que ce sont eux qui les ont décrochées. Par ailleurs, ils ne veulent pas les brûler et les réservent pour leurs meilleurs clients », explique un connaisseur du marché. Dommage pour les yeux du grand public.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°529 du 20 septembre 2019, avec le titre suivant : Parcours des mondes, « c’est encore mieux »

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque