Focus

Paire de tapisseries XVIIIe

Manufacture royale de Beauvais

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 9 juin 2010

L’apparition sur le marché de ces deux tapisseries de Beauvais (Oise) est un événement.

Réalisées sur commande de Joseph Bonnier baron de La Mosson (1702-1744), elles font partie d’une suite de six pièces tissées vers 1723-1726 à la manufacture royale de Beauvais, sur le thème de la comedia dell’arte, dans la suite des compositions de Bérain, d’après les cartons de Claude Gillot, peintre du roi en l’académie royale de peinture, et de Vigoureux Duplessis, peintre et dessinateur de la manufacture. Elles sont aux armes des Bonnier de La Mosson et des Melon. Joseph Bonnier baron de La Mosson était trésorier général des États du Languedoc et grand mécène. « Il bâtit une fortune considérable que l’on estime être la septième du royaume », indique l’expert Aymeric de Villelume. Dans la tapisserie illustrant La Diseuse de bonne aventure, il serait représenté sous les traits du singe comptant ses sous. La tenture est restée dans la famille jusqu’à la Révolution où l’on perd sa trace. On retrouve ces deux pièces chez Ernest Cronier, polytechnicien fondé de pouvoir de la raffinerie Say de 1875 à 1905. Au milieu du XXe siècle, elles réapparaissent dans une collection espagnole, avant d’être cédées à la propriétaire actuelle. Une autre pièce de cette suite est passée en vente aux enchères le 7 juin 2001 à Paris (SVV Rossini). Elle a été préemptée par le Musée départemental de Beauvais pour 537 200 francs (82 000 euros). La localisation des trois dernières pièces est inconnue.

Estimées 90 000 euros chacune, les deux tapisseries se présentent dans un très bon état, suite à des restaurations de conservation. Outre leur provenance, elles seraient des œuvres uniques, parce qu’issues de la seule série tissée sur la comedia dell’arte. Plusieurs institutions pourraient les convoiter, à commencer par le musée de Beauvais, mais aussi le Mobilier national, le Louvre ou de grands musées mondiaux. Le conseil général de l’Hérault pourrait être de la partie, car l’ancienne chapelle funéraire du baron de La Mosson est devenue le siège des archives départementales. Notons encore la région Languedoc-Roussillon, la ville de Montpellier (propriétaire du château Bonnier de La Mosson), ou le Musée Carnavalet, en mémoire de l’ancien hôtel parisien Bonnier de La Mosson où ont séjourné les tentures. À moins qu’elles ne soient emportées par un collectionneur pour le décor d’un palais vénitien.

Paire de tapisseries

Titre : La Diseuse de bonne aventure et Colombine et le dottore, vers 1723-1726, laine et soie, 361 x 332 cm et 352 x 331 cm
Provenance : Joseph Bonnier baron de La Mosson
Expert de la vente : Aymeric de Villelume
Estimation : 90 000 euros chacune (vendues avec faculté de réunion)

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°327 du 11 juin 2010, avec le titre suivant : Paire de tapisseries XVIIIe

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque