Dimanche 25 juillet 2021

Foire

Entretien

Olivier Theunissen : « Nous nous sentions un peu perdus à la Brafa et avons créé select art fair »

Antiquaire et vice-président de la Chambre royale des antiquaires de Belgique

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 27 avril 2017 - 563 mots

Installé dans le quartier du Sablon à Bruxelles, Olivier Theunissen présente la Select Art Fair, un nouveau salon qui accueillera une dizaine d’antiquaires et galeristes au Cercle royal gaulois artistique et littéraire.

Pourquoi un nouveau salon ?
Je suis au Sablon depuis vingt-sept ans et membre de la Chambre royale des antiquaires de Belgique, dont je suis le vice-président. Depuis quinze ans, je participe à la Brafa (Brussels Antiques & Fine Arts Fair) qui, à l’époque, se tenait au Palais des beaux-arts. À ce moment-là, nous étions une majorité d’antiquaires au sens premier du terme, c’est-à-dire des marchands d’art ancien. Il n’y avait qu’une minorité de galeristes d’art contemporain. Puis, les tendances ont changé. Nous nous sentions un peu perdus à la Brafa. Face à cette situation, en totale concertation avec les organisateurs de la foire, nous avons décidé de créer un petit salon de dix antiquaires et galeristes traditionnels. Il a vocation à devenir annuel. Et il y a bien évidemment un vetting (commission d’expertise) que je préside et qui est composé de différents experts et marchands.

L’événement se tient au Cercle royal gaulois. Qu’est-ce qui a guidé votre choix ?
Le Cercle gaulois, dont j’ai été l’un des administrateurs, est l’équivalent du Cercle de l’Union interalliée à Paris avec qui nous avons d’ailleurs des accords de réciprocité. Ses origines remontent au milieu du XIXe siècle et il constitue depuis ce temps un centre de réunions et d’activités, où se rencontrent des membres du Gouvernement, des ambassadeurs, des artistes, des hommes de lettres… En 1871, il s’est installé au Waux Hall, un bâtiment classé construit aux XVIIIe et XIXe siècles. Il est situé au cœur des institutions bruxelloises dans le Parc royal. D’un côté, il y a le Palais royal et de l’autre, les corps constitués, avec notamment le Sénat. Non seulement, c’est un emplacement central, mais le cadre est parfait, car le Cercle royal dispose de beaux et vastes salons tout à fait adaptés. L’espace n’est pas extensible et nous ne pourrons accueillir au maximum que treize antiquaires. Mais grandir n’est pas notre intention. Nous voulons faire un événement restreint en termes d’exposants, mais de qualité ! Quant à la date choisie, fin avril, c’est une bonne période, car il n’y a pas d’autres événements à Bruxelles à ce moment-là.

Qui participe à ce nouveau salon ?
Les dix marchands qui exposent à ce salon sont tous belges, excepté la galerie Berger, française (Beaune). Ils sont également tous membres de la Chambre royale des antiquaires de Belgique et exposent à la Brafa. J’insiste sur le sérieux des participants, sur lesquels il n’existe aucun soupçon d’erreur ou de malhonnêteté, sans vouloir reparler des affaires qui ont agité la France, l’été dernier. La plupart des spécialités d’art ancien sont représentées : sculpture (galerie Desmet), tableaux (Boon Gallery, Francis Maere), céramique (Maison Lemaire), bijoux (Époque Fine Jewels), mobilier et objets d’arts (galeries Theunissen & de Ghellinck, Berger et Costermans) ou encore les arts d’Asie (galeries Lamy et Kyoto). Pour ma part, je vais présenter une tapisserie de Bruxelles de la fin du XVIe siècle représentant une chasse aux loups, dont la bordure et les coloris sont d’origine. La galerie Berger montre un petit bureau Mazarin double face en marqueterie Boulle d’époque Louis XIV attribué à Oppenordt, tandis que la galerie Desmet mise sur une sculpture en bronze laqué rouge et doré représentant L’Enlèvement de Proserpine. Quant aux prix, ils devraient s’échelonner entre 5 000 et 250 000 euros.

Select Art Fair

Du 28 avril au 1er mai, de 11h à 19h au Cercle Royal Gaulois, 5 rue de la Loi, à Bruxelles (Belgique).

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°478 du 28 avril 2017, avec le titre suivant : Olivier Theunissen : «”‰nous nous sentions un peu perdus à la Brafa et avons créé select art fair”‰»

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque