Mercredi 19 décembre 2018

Nouvelles conditions à la galerie Météo

Privilégier l’information

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 4 avril 1997 - 390 mots

Stéphane Corréard, qui a fondé la galerie Météo en 1992, tente aujourd’hui de modifier sa façon de travailler. L’exposition \"Météo-show\", organisée ce mois-ci près de la gare de Lyon, en constitue la première expression.

PARIS - Dans la galerie de la rue Saint-Nicolas, Stéphane Corréard organise depuis plus de quatre ans des expositions au rythme "classique" d’une tous les deux mois. Pourtant, cette manière de travailler ne lui semble plus adaptée. "Aujourd’hui, on ne sait plus pourquoi l’on monte des expositions, estime-t-il. Cela nécessite un investissement en temps, en énergie et en argent. Or, à Paris, il n’y a pas de public pour les expositions en galerie. Par rapport à notre budget, la galerie dépense trente francs par visiteur". Ces derniers sont essentiellement constitués de spécialistes. 80 % des personnes qui travaillent avec la galerie n’y viennent jamais, tandis que 80 % des pièces vendues ne transitent pas par elle. Quand l’espace a ouvert en 1992, il a surtout accueilli des artistes français qui n’avaient pas de galerie. Au­jour­d’hui, ces deniers sont invités par des musées et des centres d’art. Une exposition de plus rue Saint-Nicolas, avec moins de moyens en comparaison, aurait peu de sens, selon Stéphane Corréard.

Aussi la galerie Météo est-elle désormais avant tout un lieu d’information sur les artistes représentés, et seules quelques œuvres sont accrochées "au rythme de leur réalisation". La galerie organisera une fois par an une grande exposition "hors les murs" à Paris, et peut-être une autre à New York. Le premier "Météo-show" ouvrira ses portes le 17 avril pour dix jours. Sur les 1 000 m2 d’un ancien entrepôt du XIXe siècle seront présentées les œuvres des quatorze artistes de la galerie, plus deux invités (Jessica Diamond et Arnaud Labelle-Rojoux). Une nouvelle revue, Mé­téo­rie, accompagnera l’événement.

Stéphane Corréard entend également louer des stands plus grands dans les foires et privilégier les one man shows. Ce changement d’attitude lui semble en tout cas à l’opposé de l’installation des galeries dans le treizième arrondissement de Paris (lire le JdA n° 33, février 1997). "C’est l’image de la misère, souligne-t-il. Les galeristes s’y installent pour survivre, mais il n’y a pas de projet. C’est une mauvaise réponse à un vrai problème."

Galerie Météo, 4 rue Saint-Nicolas, 75012 Paris, tél. 01 43 42 20 20. "Météo-show", du 17 au 27 avril, 6 rue Legraverend, 75012 Paris.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°35 du 4 avril 1997, avec le titre suivant : Nouvelles conditions à la galerie Météo

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque