Dimanche 25 février 2018

Noirs désirs

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 24 août 2007

Le design « black » est à l’honneur dans une vente à thème transversal réunissant 200 objets et meubles totalement ou en partie noirs, mêlés à une cinquantaine d’œuvres d’art contemporain et bijoux pour lesquels le noir est tout autant conquérant. Des luminaires Mouille des années 1950 (2 000 euros à 3 000 euros pièce), jusqu’au mobilier contemporain, en passant par les rares objets noirs des années 1960-1970 échappant à l’explosion du pop art et de la couleur, le noir est pérenne dans les intérieurs. L’un des 30 exemplaires originaux du fameux siège Homme de 1971 de Ruth Franken est devenu un objet de collection (10 000 euros).
Les années 1980 sont ainsi représentées par une table basse de Martin Szekely, un grand nom associé au métal patiné noir (4 000 euros). Côté jeune création, on y trouve une table basse en résine laquée noir et son vase Corne d’abondance amovible (3 000 euros), pièce unique réalisée en 2003 par Jérôme Boutigny, ainsi qu’une série de 2004 de lampadaires Totem africa-nistes en fibre de carbone d’Édouard Poulain (1 000 euros pièce). Un Solex 3800 (et oui !) tout noir (est. 400 euros), l’un des derniers fabriqués en 1988 sur une production totale de plus de 5 millions d’exemplaires, est proposé en parfait état de fonctionnement.
L’artiste Ben a même été mis à contribution pour cette vente : il a spécialement peint un tableau Black is beautiful, en lettres noires sur fond noir (10 000 euros).

Black, le noir dans le paysage domestique, vente le 28 juin chez Artcurial, hôtel Dassault, 7 Rond-Point des Champs-Élysées, Paris VIIIe, tel. 01 42 99 20 20, www.artcurial.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°581 du 1 juin 2006, avec le titre suivant : Noirs désirs

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque