Samedi 7 décembre 2019

On ne badine pas avec l’amour

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 14 mai 2004 - 116 mots

PARIS - La vente le 28 avril des ouvrages de Restif de la Bretonne et autres propos amoureux chez Artcurial Briest-Poulain-Le Fur a enregistré un produit de 186 261 euros, soit 70 % de lots vendus.

Peu de surprises toutefois, les prix épousant pour la plupart des estimations exceptionnellement tirées au cordeau. Un exemplaire du premier tirage de la Découverte australe de Restif, cédé à 11 794 euros, a doublé son estimation. Le seul exemplaire sur papier de Chine du Con d’Irène de Louis Aragon n’a dépassé que légèrement les prévisions avec 14 742 euros. En revanche, l’ouvrage le plus cher, Gamiani ou Deux nuits d’excès, a été ravalé sur une estimation de 15 000 euros.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°193 du 14 mai 2004, avec le titre suivant : On ne badine pas avec l’amour

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque