Vendredi 19 octobre 2018

Mouvements chez Sotheby’s

Simon de Pury part et Jeffrey Deitch arrive

Le Journal des Arts

Le 10 octobre 1997 - 548 mots

Avec le départ de son actuel président pour l’Europe, Simon de Pury, Sotheby’s va tourner une page de son histoire. À sa place, la maison de vente a nommé le Britannique Henry Wyndham et quatre vice-présidents pour le seconder, parmi lesquels la présidente de Sotheby’s France, Laure de Beauvau Craon, et le futur président de Sotheby’s Suisse, David Bennett. Cette réorganisation, qui s’accompagne d’une décentralisation des pouvoirs, laisse augurer d’une nouvelle stratégie à l’échelle du Vieux continent. Et l’arrivée de Jeffrey Deitch à la direction de la galerie Hemmerich correspond au désir de Sotheby’s de jouer un rôle prépondérant dans le domaine de l’art contemporain.

PARIS. Après quinze années de services, Simon de Pury donnera son dernier coup de marteau pour Sotheby’s le 20 novembre à l’occasion de la dispersion de la collection Keir. Approché par un groupe de collectionneurs privés, celui qui était présenté comme l’un des meilleurs adjudicateurs a décidé, en association avec Daniella Luxembourg, vice-présidente pour la Suisse et directeur-adjoint de Sotheby’s Israël, de fonder sa propre société : dPL. Celle-ci, dont le nom s’inspire de ceux de ses fondateurs (de Pury Luxembourg), sera installée à Genève, avec des bureaux à New York, et aura un double objet : acheter des œuvres essentiellement impressionnistes et du XXe siècle et créer un fonds d’investissement en œuvres d’art. "Cette opportunité est un défi que nous nous devions de relever", explique Simon de Pury.

Importance accrue de la France
Henry Wyndham, son remplaçant à la présidence de Sotheby’s Europe, prendra ses fonctions fin novembre. L’ancien président de Sotheby’s pour le Royaume-Uni, qui a été expert en tableaux chez Christie’s puis marchand, sera assisté dans ses nouvelles fonctions par quatre vice-présidents : Laure de Beauvau Craon, David Bennett, Mélanie Clore et James Stourton. À l’occasion du départ de Simon de Pury, l’adjudicateur anglo-saxon a donc non seulement décidé d’une réorganisation interne mais aussi d’une nouvelle stratégie : "décentraliser le pouvoir de décision, en particulier vers la France et la Suisse". Président-directeur général de Sotheby’s France depuis 1991, Laure de Beauvau Craon considère d’ail­leurs que sa "nomination en tant que vice-présidente de Sotheby’s Europe est la reconnaissance de l’importance accrue de la France dans la structure internationale de Sotheby’s, à la veille de l’ouverture du marché et de l’installation de Sotheby’s dans les locaux de la galerie Charpentier". De la même manière, “la nomination de David Bennett à la tête de Sotheby’s Suisse correspond à la volonté de développer les deux places helvètes : Genève, dont il s’occupera et Zurich dont la charge reviendra à Anna Kowner”, par ailleurs vice-présidente de Sotheby’s Suisse. Quant à Mélanie Clore, troisième vice-présidente et directrice pour l’Europe du département Impres­sionnisme et Art moderne, elle sera amenée à se rapprocher de Jeffrey Deitch. Le marchand new yorkais qui défrayait la chronique en exposant de jeunes artistes provocateurs a en effet cédé 49 % de sa galerie à Sotheby’s et a pris la direction de la galerie Emmerich, rachetée par Sotheby’s en 1996. En partenariat avec André Emme­rich, Jeffrey Deitch va donc développer le département Art contemporain en suivant plus particulièrement les artis­tes des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. Alors que Christie’s a acquis Spinks et a développé un partenariat avec la Tefaf-Bâle, Sotheby’s prend fermement pied dans l’art contemporain, ce qui ne manque pas d’inquiéter certains galeristes.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°45 du 10 octobre 1997, avec le titre suivant : Mouvements chez Sotheby’s

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque