Bijoux

Monaco a encore brillé

Hausse générale de 30 % des ventes de bijoux à Monaco dominée par Artcurial

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 3 septembre 2014 - 441 mots

MONTE-CARLO Le « Rocher » est un lieu privilégié du tourisme en été ; Tajan, Artcurial, Boule et l’Hôtel des ventes de Monte-Carlo en profitent pour proposer des ventes de bijoux et montres.

C’est l’Hôtel des ventes de Monte-Carlo qui ouvrait le bal, le 20 juillet, totalisant 7,2 millions d’euros*, pour des estimations de 7,5 millions, bien au-dessus de son score de 2013 (3,4 millions d’euros). Selon la maison de ventes, « l’affluence a été inégalée, avec des amateurs venus des Indes, d’Amérique du Nord et d’Europe ». 363 000 euros ont été recueillis pour un collier de perles fines inséré dans la vente au dernier moment, 413 000 euros pour une bague diamant de taille émeraude ou encore 350 000 euros pour un saphir birman.

Artcurial lui emboîtait le pas avec une vente de montres le 22 juillet. Estimée 2,8 millions d’euros, elle en a récolté 2,1 alors que presque la moitié des lots n’a pas été vendu. C’est une Rolex Oyster Daytona « Paul Newman », dite Ultimate Coffee Panda (vers 1969), qui s’est vendue le plus chèrement, à 336 600 euros (est. 200 000 à 400 000 euros), témoignant de l’évolution des goûts des collectionneurs : « après avoir été dominé par Patek Philippe, le marché des montres de collection semble se déplacer vers les Rolex vintage », expliquent Marie Sanna et Romain Réa, du département horlogerie. La maison poursuivait avec ses ventes de bijoux couronnant les diamants et pierres de couleurs, avec un total de 10,8 millions d’euros. Une bague ornée d’un diamant blanc de 16,87 carats, signée Van Cleef & Arpels (est. 1 à 1,4 million d’euros) ainsi qu’une bague ornée d’un diamant bleu, aussi rare que les diamants roses, de 2,32 carats (est. 400 000 à 450 000 euros) ont été chacune adjugée 1,8 million d’euros. En tout, Artcurial a totalisé 12,9 millions d’euros (contre 12,4 en 2013). Le 28 juillet, la maison Boule récoltait 2 millions d’euros avec un collier en platine serti de 72 diamants brillantés pour 186 000 euros (est. 130 000 à 180 000 euros) ainsi qu’une Rolex Paul Newman pour 117 800 euros (est. 80 000 euros). Tajan fermait la marche avec un produit global de 4,9 millions d’euros, en dessous de son estimation (6 à 8 millions). La plus haute enchère est allée à un saphir de 25 carats, adjugé 170 000 euros, bien loin des sommes escomptées notamment pour un bracelet rubis et diamants de Van Cleef & Arpels (est. 450 à 600 000 euros) et une bague rubis de 6 carats, de même estimation, restés invendus.

*Les résultats sont indiqués frais compris et les estimations hors frais

HÔTEL DES VENTES DE MONTE-CARLO
DU 20 AU 26 JUILLET
Estimation : 7,5 millions d’€
Résultat : 7,2 millions d’€

ARTCURIAL
DU 22 AU 24 JUILLET
Estimation : 9,3 millions d’€
Résultat : 12,9 millions d’€

MAISON BOULE
LE 28 JUILLET
Estimation : 1,5 million d’€
Résultat : 2 millions d’€

TAJAN
DU 28 AU 30 JUILLET
Estimation : 6 à 8 millions d’€
Résultat : 4,9 millions d’€

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°418 du 5 septembre 2014, avec le titre suivant : Monaco a encore brillé

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque