Dimanche 26 janvier 2020

Art moderne

Modigliani, Matisse et Gris au sommet

Les tops modernes

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 17 novembre 2010 - 467 mots

Les records se sont succédé comme au plus haut du marché dans les ventes d’art impressionniste et moderne de novembre à New York, chez Christie’s et Sotheby’s. De son côté, Phillips de Pury & Company a frappé un grand coup avec la vente organisée par le courtier Philippe Ségalot qui a enregistré un résultat record pour la maison de ventes.

NEW YORK - Les 2 et 3 novembre, les acheteurs internationaux étaient nombreux au rendez-vous de la saison new-yorkaise des ventes d’art impressionniste et moderne, poussant les enchères sur une sélection d’œuvres estimées avec sagesse. « Les ventes étaient hétérogènes en termes de goût du public. Or la mondialisation des acheteurs a corrigé le marché, plaçant des amateurs de tous horizons (américains, européens, russes, asiatiques ou latino-américains) devant presque chaque œuvre », souligne Thomas Seydoux, directeur international du département de Christie’s. Pour leur vente de prestige du soir, les deux auctioneers ont respectivement réalisé 227,5 et 231,4 millions de dollars (162 et 165 millions d’euros) de recette, un niveau de valeur proche des pics de 2007.

Chez Sotheby’s, un tableau mythique d’Amedeo Modigliani, Nu assis sur un divan (la Belle Romaine) (1917), estimé 40 millions de dollars, s’est envolé à 68,9 millions de dollars (49,1 millions d’euros). Il s’agit d’un nouveau record pour l’artiste, détenu précédemment par une Tête en pierre sculptée adjugée 43,2 millions d’euros, le 14 juin à Paris chez Christie’s. L’histoire se répète puisque ce nu avait été vendu pour un prix record de 16,8 millions de dollars le 11 novembre 1999 à New York chez Sotheby’s. Dans la même vente, une autre toile du maître, Jeanne Hébuterne (au chapeau) (1917), estimée au mieux 12 millions de dollars, s’est envolée à 19,1 millions de dollars.

Chez Christie’s, deux enchères records ont couronné la vente du soir. Nu de dos, 4e état (vers 1930/fondu en 1978), bronze monumental d’Henri Matisse, a été emporté par la galerie Gagosian agissant pour le compte d’un collectionneur sur une enchère de 48,8 millions de dollars, au-delà de l’estimation haute de 35 millions de dollars. Sur la deuxième marche du podium, Violon et guitare (1913) de Juan Gris est parti chez un amateur européen pour 28,6 millions de dollars, également au-dessus de son estimation haute, à la surprise de Thomas Seydoux. « Les nouveaux acheteurs sont friands de tableaux cubistes très colorés et décoratifs, généralement plus tardifs, note-t-il. Cette toile de Gris, moins commerciale par son côté rigoureux propre aux œuvres cubistes de 1913, a fait sortir du bois un amateur traditionnel, qui plus est européen, ce qui ne court pas les rues à ce niveau de prix. » 

SOTHEBY’S, 2 NOVEMBRE

-Estimation : 195 à 266 millions de dollars
-Résultats : 227,5 millions de dollars
-Nombre de lots vendus/invendus : 46/15
-Pourcentage de lots vendus : 75 %
-Pourcentage en valeur : 87 %

CHRISTIE’S, 3 NOVEMBRE

-Estimation : 200 à 287 millions de dollars
-Résultats : 231,4 millions de dollars
-Nombre de lots vendus/invendus : 67/17
-Pourcentage de lots vendus : 80 %
-Pourcentage en valeur : 88 %

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°335 du 19 novembre 2010, avec le titre suivant : Modigliani, Matisse et Gris au sommet

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque