Dessins

Michel-Ange out

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 17 février 2006

À New York, échec pour Christie’s, succès pour Sotheby’s.

NEW YORK - Faute d’avoir vendu son Michel-Ange, pièce centrale de sa vente de dessins du 24 janvier à New York, Christie’s vient d’essuyer un cuisant échec. La vacation n’a rapporté à la maison que 37 % du montant de son estimation totale.  Mise à prix à 2,5 millions de dollars, l’Étude de torse nu masculin à la craie noire, loin d’être aussi belle que les quatre autres feuilles de l’artiste passées en ventes publiques ces dernières années, a été ravalée après une séance de bourrage de l’auctionneer jusqu’à 3,2 millions. Maigre consolation, un Christ en croix du XVIe siècle, estimé 30 000 dollars, a été adjugé 78 000. Ce dessin de Giulio Clovio, très finement exécuté d’après une œuvre de Michel-Ange, était pourtant marqué par une importante restauration en son centre. « Les sujets religieux ne sont pas très commerciaux, mais celui-ci est un dessin d’une très grande qualité. Sept personnes lui ont manifesté un intérêt avant la vente », précise William O’Reilly, le spécialiste en charge de la vacation. La meilleure enchère revient à une superbe aquarelle de Géricault représentant un cheval de labour dans la boutique d’un maréchal-ferrant, vendue au double de son estimation pour 318 400 dollars, suivie, pour 251 200 dollars, d’un dessin de Rembrandt qui, en partie en raison du prestige du nom, a dépassé son estimation haute de 25 %.
Si la vente de Christie’s n’a pas fait d’étincelle, celle de Sotheby’s, qui s’est tenue le lendemain, a atteint un total de 4,8 millions de dollars. « C’est notre meilleure vente depuis cinq ans », souligne Gregory Rubinstein, directeur du département. L’atout majeur de la vente était constitué par une suite de douze rares dessins XVIIe de Willem Van de Velde le Vieux, illustrant des navires et batailles maritimes. De provenance prestigieuse (la collection John Pierpont Morgan II), l’ensemble, estimé environ 585 000 dollars , est monté jusqu’à 1,5 million. Dans le détail, un record de 262 400 dollars pour l’artiste a récompensé La Bataille de Solebay dont le déroulement s’étend sur 2,6 m de papier réunis en 7 feuilles. La Visite de Charles II sur le bateau de guerre le Tiger et une coupe transversale du bateau Le Souverain des mers sont respectivement partis à 216 000 et 108 000 dollars.
Le plus haut prix de cette vente revient à Oberon et Titiana sur un lys, une aquarelle de William Blake, issue de la collection William Russel (1857) et vendue 520 000 dollars, dans sa fourchette d’estimation bien qu’en dessous des espérances. « Peu de dessins de Blake ont fait plus, note l’expert. Celui-ci, à défaut d’être apocalyptique ou visionnaire, ce que les collectionneurs recherchent le plus, était charmant. » Plus éclatant est le résultat du Portrait de Miguel de Múzquiz, comte de Gausa, de Goya. Il s’est envolé à 352 000 dollars, trois fois son estimation. Pour le même prix, François Borne, l’un des marchands de l’enseigne londonienne Salamander Fine Arts, a emporté un beau dessin Saint Jérôme de Sodoma estimé 66 000 euros. Il l’aura probablement surpayé. La « ré-attribution » de ce dessin à Lorenzo Lotto, un contemporain de Sodoma à peine plus coté, ne peut gommer l’usure sévère de l’œuvre. Enfin, une autre question d’attribution a joué en faveur d’un dessin anonyme hollandais du XVIIe siècle, une Vue de Dunkirk, qui pourrait illustrer le blocage de la ville par l’amiral Tromp en 1639. Il a été adjugé 251 200 dollars à un particulier américain qui espère en découvrir un jour l’auteur. Le grand phantasme de tout collectionneur de dessin.

Christie’s - Résultat : 1,9 million d’euros - Experts : Noël Annesley et William O’Reilly - Lots vendus : 78 % - En valeur : 37 % Sotheby’s - Résultat : 4 millions d’euros - Experts : Gregory Rubinstein - Lots vendus : 70,8 % - En valeur : 87,2 %

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°231 du 17 février 2006, avec le titre suivant : Michel-Ange out

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque