Mercredi 19 décembre 2018

Sotheby’s

Ménage d’automne en Allemagne

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 7 octobre 2005 - 696 mots

Mise à l’encan de 20 000 objets royaux du château de Marienburg appartenant à la famille de Hanovre.

 HANOVRE - La maison royale de Hanovre est au cœur de la vente de grande envergure qui a démarré au château de Marienburg en Allemagne le 5 octobre, et qui se poursuit jusqu’au 15 octobre sous le marteau de Sotheby’s. Sont offerts au feu des enchères in situ plus de 20 000 objets de provenance royale (à l’exception de la collection néogothique du château et des biens appartenant au patrimoine national), conservés pour la plupart dans les caves et greniers de ce palais et divisés en 4 000 lots. C’est précisément parce qu’ils n’ont rien à faire dans cette demeure XIXe au profil néogothique, presque sortie d’un conte de fées, qu’ils sont aujourd’hui dispersés.
En 1857, le roi de Hanovre George V offre un château sur plan comme présent d’amour à son épouse, la reine Marie, à l’occasion de son anniversaire. Ce romantique et royal cadeau n’est pas achevé lorsque, en 1866, le couple royal, résidant alors au château de Herrenhausen, est contraint de s’exiler en Autriche à la suite de l’invasion prussienne. Le château n’aura finalement jamais été habité, non plus par les descendants de Hanovre. Passée au prince héritier, cette propriété privée conserve néanmoins quantité d’objets issus d’autres demeures royales, telles de nombreuses armures rapatriées du château de Cumberland, en Autriche, en 1925. En 2005, l’actuel propriétaire veut consacrer son château ancestral de Marienburg à sa nouvelle vocation de musée romantique (aujourd’hui ouvert trop rarement). Afin de réunir les fonds nécessaires pour lui donner son cachet d’antan, dans l’esprit néogothique qui est le sien, et ouvrir ses portes au grand public, il se sépare de près de 20 000 objets. Après avoir entièrement vidé le palais, l’équipe de 120 personnes de Sotheby’s a installé les pièces à vendre dans les différentes salles du château. À l’issue de dix jours de vacations seront réinstallés les milliers de meubles et objets XIXe qui font d’ordinaire le décor féerique du château-musée.
Les enchères se déroulent sous une tente montée spécialement dans la cour principale. Les journées de vente alternent tableaux, dessins et gravures, sculptures, porcelaines et céramiques, verrerie, meubles, pendules, argenterie, objets de vitrines, objets d’art asiatique, textiles et linge de maison, armes et armures, datant essentiellement du XVIe au XIXe siècle. 12 millions d’euros minimum sont attendus. « Forts de notre expérience de house sales dans des châteaux allemands, comme pour les ventes de Baden-Baden en octobre 1995 (41 millions d’euros) et de Thurn und Taxis à Ratisbonne en octobre 1993 (12,8 millions d’euros), nous pouvons espérer doubler cette estimation. Nos statistiques sur ces ventes nous indiquent aussi une moyenne de 95 % de lots vendus, lots qui sont achetés à 70 % par des Allemands », précise Philipp de Württemberg, directeur du management chez Sotheby’s Allemagne et président-directeur général de Sotheby’s France, qui tiendra le marteau à sept reprises à Marienburg.
Le lot le plus ancien porte sur un marbre romain du IIe siècle représentant une patte de félin, estimé 500 euros, et le plus récent est une statuette en porcelaine blanche de Meissen par Richard Schulzer, vers 1937, figurant le duc de Saxe, Henri le Lion, à cheval (estimée 3 000 euros). Parmi les objets singuliers, notons un curieux sceau en cristal de roche réalisé par la maison Fabergé vers 1890 ; vierge de toute gravure, il est estimé 3 000 euros. L’objet le plus cher, estimé 550 000 à 750 000 euros, est une paire de vases russes des années 1840 de la manufacture impériale de Saint-Pétersbourg, décorés de copies de tableaux de Rubens et de Honthorst. L’ultime journée du 15 octobre sera réservée à une vente non cataloguée portant sur des objets de moindre valeur, estimés pour quelques dizaines ou quelques centaines d’euros, un véritable fond de château. Sur ces pièces, ainsi que sur les centaines de lots dont les estimations ne dépassent pas 1 000 euros, Sotheby’s compte doubler ou tripler la mise.

ŒUVRES D’ART PROVENANT DE LA MAISON ROYALE DE HANOVRE

Vente quotidienne du 5 au 15 octobre (sauf le 9 octobre), château de Marienburg (Allemagne), Sotheby’s, rens. 01 53 05 53 05, www.sothebys.com

ŒUVRES D’ART PROVENANT DE LA MAISON ROYALE DE HANOVRE

- Nombre de jours de vente : 10 - Nombre de vacations : 20 - Nombre de spécialistes : 30 - Nombre de spécialités : 12 - Nombre d’objets : 20 000 - Nombre de lots : 4 000 - Estimation totale : 12 millions d’euros

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°222 du 7 octobre 2005, avec le titre suivant : Ménage d’automne en Allemagne

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque