Me Millon passe la main

Le président de Drouot ne se représentera pas

Par Éric Tariant · Le Journal des Arts

Le 3 juillet 2008

Après quatorze ans passés à la tête de la Compagnie des commissaires-priseurs de Paris, Joël-Marie Millon a décidé de passer la main en quittant le navire avant que la réforme n’ait été adoptée. Son successeur devrait être élu le 29 septembre. Une des dernières décisions de la Chambre qu’il préside aura été d’autoriser l’étude Poulain Le Fur à organiser ses premières ventes dans son nouvel hôtel du Palais des congrès.

PARIS - “J’avais annoncé il y a quatre ans que je partirais une fois la réforme engagée, ce qui est aujourd’hui le cas, le texte ayant été adopté par le Sénat en première lecture, précise Joël-Marie Millon. Il faut un sang nouveau pour préparer l’avenir avec une équipe renouvelée.” Le président partant n’élude pas la question du bilan, après huit années de mandat. À son actif : la création de Drouot SA, l’ouverture de nouveaux lieux de vente, le développement de la Gazette. “Drouot est aujourd’hui rentable, et les sociétés qui en dépendent sont bénéficiaires”, se félicite Me Millon. Mais celui-ci s’est battu sans succès pour tenter de fédérer les cent commissaires-priseurs parisiens afin de créer “une maison de vente armée pour affronter la concurrence”. Le statut quo l’a emporté en raison du vote à l’unanimité et des “stratégies individuelles”. Quelques dossiers déterminants pour Drouot n’ont pas été réglés. Le réaménagement de l’hôtel des ventes, qui fait pâle figure – salles mal éclairées, moquettes sales et trouées, accueil peu soigné – comparé aux luxueux locaux parisiens de Sotheby’s, par exemple, n’est encore qu’au stade de projet. La location des salles se fait toujours sur la base du chiffre d’affaires réalisé, privilégiant ainsi les ventes courantes par rapport aux vacations de prestige.

L’étude Poulain Le Fur au Palais des Congrès
Joël-Marie Millon part sans doute un peu ébranlé par le mouvement centrifuge qui a frappé Drouot depuis deux ans. Après Me Tajan, qui organise 25 à 30 ventes chaque année rue des Mathurins, c’est aujourd’hui au tour de l’étude Poulain Le Fur de quitter le navire. Les commissaires-priseurs de la rue de Provence – qui, avec Sotheby’s, avaient mis aux enchères le contenu du château de Groussay – ont obtenu l’agrément de la Chambre pour vendre dans leur nouvel hôtel, situé dans l’extension du Palais des congrès, avant que la réforme n’ait été adoptée. Leurs premières vacations auront lieu les 9 décembre (tableaux anciens, meubles, objets d’art, céramiques), 12 décembre (Art déco et tableaux modernes) et 13 décembre (voitures de collection). Ce mouvement, qui ne fait que s’amorcer, ne va-t-il pas fragiliser Drouot ? “Je ne suis pas inquiet pour l’avenir, soutient pourtant Joël-Marie Millon. Deux perspectives s’offrent à Drouot, qui peut soit se transformer en maison de vente au même titre que Sotheby’s et Christie’s, soit devenir un lieu accueillant les ventes aux enchères des commissaires-priseurs parisiens.”

Le successeur de Me Millon sera élu le 29 septembre. Les élections se feront en deux temps. Cinq des quinze sièges composant la Chambre seront remis en jeu ; après quoi le nouveau bureau, puis le président seront à leur tour élus. “Un des chantiers sur lesquels la nouvel équipe devra plancher porte sur l’utilisation future du label Drouot et de son logo par les études et les sociétés commerciales qui seront créées”, conclut Me Millon.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°89 du 24 septembre 1999, avec le titre suivant : Me Millon passe la main

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque