Vendredi 20 septembre 2019

Focus

Marc Chagall - « L’Ange et la fiancée »

Vendu 1 231 150 euros le 27 juillet, à Monaco SVV Tajan

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 7 septembre 2010 - 412 mots

La plus haute enchère estivale revient à une huile sur toile, signée Marc Chagall (1887-1985) et exécutée vers 1930-1932, L’Ange et la fiancée, adjugée 1,2 million d’euros par la maison Tajan, le 27 juillet à Monaco.

Cette toile avait appartenu à un collectionneur américain avant sa vente aux enchères à New York, chez Sotheby’s, en 1979. Elle est repassée sous le marteau de Christie’s, le 10 mai 1989 à New York, pour 1,6 million de dollars (1,4 million d’euros). Depuis, le tableau a changé de main une fois au profit d’une collection chinoise. À Monaco, cet été, elle avait été estimée très modestement 500 000 à 700 000 euros, ce qui a contribué à créer une excitation.

« Les tableaux russes datant d’avant 1920 sont les plus rares, les plus importants et les plus recherchés de Chagall. Ils ont un fort caractère russe et le symbolisme que le peintre y développe est le plus puissant », observe Thomas Seydoux, spécialiste international en art moderne chez Christie’s. De telles œuvres vaudraient aujourd’hui plusieurs millions d’euros. Il poursuit : « Lorsqu’un tableau de Chagall n’appartient pas à cette première période, la taille, la composition et la présence de sujets typiques sont fort appréciées. » Selon Constance Lemasson, directrice du département d’art moderne chez Tajan, « la composition de ce tableau de l’entre-deux-guerres s’articule autour de la fiancée, du bouquet de fleurs et de l’ange, des sujets typiques de l’artiste qui, à cette époque, est dans la recherche et non pas dans la répétition ». Elle souligne aussi l’importance de la valeur symbolique de ces sujets pour Chagall : « Le bouquet de roses rouges et blanches de la fiancée signe son engagement futur, empreint d’amour et de fidélité devant Dieu. L’ange, telle une colombe, saisit la promise dans son envol et l’élève vers ce monde spirituel. Évocation implicite de la Vierge, le chromatisme bleu se déploie en infinies nuances et révèle la force mystique de la paix, de la sérénité et de l’éternité. » Ce tableau a fait son prix, compte tenu de sa composition, son format et sa couleur bleue dominante. Les toiles à l’équilibre chromatique rouge, jaune et bleu restent cependant plus cotées.

Marc Chagall

Titre : L’Ange et la fiancée
Date d’exécution : vers 1930-1932
Technique : huile sur toile
Dimensions : 81 x 65 cm
Provenance : collection particulière chinoise
Expert de la vente : Constance Lemasson
Estimation : 500 000 à 700 000 euros
Adjudication : 1 231 150 euros

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°330 du 10 septembre 2010, avec le titre suivant : Marc Chagall - « L’Ange et la fiancée »

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque